33 mois de pénitencier pour avoir fait subir une nuit d’horreur à sa victime

 Le jeune homme qui avait enlevé une pure inconnue en la forçant à le conduire sous la menace d’une arme de Québec à Sherbrooke s’est fait sermonner par la juge avant de recevoir sa peine. 

 En septembre dernier, Samuel Proulx avait fait passer une nuit d’horreur à sa jeune victime en s’insérant dans son véhicule cagoulé pendant qu’elle faisait un retrait bancaire. L’attachant au volant avec des bandes de plastique type «ty-rap», Proulx avait forcé sa victime à le ramener de Québec vers Sherbrooke.   

 Ayant plaidé coupable, l’homme de 20 ans revenait lundi pour recevoir sa sentence. La juge Johanne Roy s’est toutefois intéressée au rapport précentenciel peu flatteur de l’accusé.  

 «Vous banalisez» votre problématique a dit la juge en ajoutant qu’en 18 ans de carrière elle n’avait rarement vu un «déni de la peur comme cela» pour ses victimes. Le rapport fait état «d’une introspection qui n’est pas encore entière» de la part de l’accusé sans antécédent judiciaire.  

 Proulx s’est tout de même excusé envers la victime qui était sur place. «Je sais que ce que je leur ai fait vivre c’était l’enfer, a-t-il dit, je me sens vraiment mal».  

 La juge s’est tout de même montrée sceptique et sévère envers l’accusé. «Vous avez un très long chemin à faire pour voir qui vous n’êtes […] pas avec un miroir déformant».   

 «Inquiète-toi pas, tu me reverras plus icitte», a dit Samuel Proulx en tutoyant la juge qui a accepté la proposition de sentence commune des avocats. En plus de l’enlèvement d’une femme à Québec, Proulx a plaidé coupable à deux vols qualifiés commis à Sherbrooke.  

 Sa criminalité s’est produite pendant qu’il avait des problèmes de consommation. Il a reçu une peine totale de 33 mois de détention, mais compte tenu de la détention préventive, l’accusé n’a plus qu’une peine de deux ans moins un jour à purger. 

Contenu similaire