Affaire SNC-Lavalin : Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott expulsées du caucus libéral

Les ex-ministres Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott ont été expulsées du caucus libéral, mardi, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau. 

Au coeur de l’affaire SNC-Lavalin depuis un mois et demi, Mme Wilson-Raybould a indiqué sur Twitter que le premier ministre l’avait informé qu’elle avait été expulsée du caucus libéral. Elle ne pourra pas non plus se présenter sous les couleurs du parti aux prochaines élections, elle qui avait annoncé son désir de représenter les libéraux dans sa circonscription de Vancouver Granville aux élections d’octobre. 

Justin Trudeau a également pris la décision d’expulser Jane Philpott, qui avait démissionner de son poste de ministre et s’était rangée derrière Jody Wilson-Raybould dans le dossier SNC-Lavalin. Mardi, Mme Philpott continuait d’exprimer sa confiance envers le premier ministre, ajoutant cependant qu’elle avait des désaccords dans un dossier précis, celui de SNC-Lavalin. 

M. Trudeau a justifié sa décision en évoquant le bris du «lien de confiance» entre les deux dissidentes et le caucus libéral. 

«Être un membre du caucus vient avec à la fois des droits et des responsabilités. Les joueurs doivent avoir confiance les uns envers les autres et avec Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott, ce n’était plus le cas», a-t-il déclaré. 

La conversation enregistrée à l’insu du greffier du Conseil privé Michael Wernick a fait déborder le vase dans le cas de l’ex-ministre de la Justice, selon Justin Trudeau, qui a qualifié de «déraisonnable» le geste de Mme Wilson-Raybould. 

Le chef conservateur Andrew Scheer a réagi aux expulsions, en soirée, accusant le Parti libéral d’avoir «trahi la justice». 

«Le message qu’ils ont envoyé aujourd’hui est clair: si vous dites la vérité, il n’y a pas de place pour vous au Parti libéral du Canada», s’est moqué M. Scheer dans un communiqué. 

«Les élus doivent protéger ceux qui dénoncent la corruption et les mauvais agissements du gouvernement, et non les punir. Cependant, en expulsant Jane Philpott et Jody Wilson-Raybould de leur caucus, c’est exactement ce qu’ont fait les libéraux», poursuit le chef conservateur. 

Ultime plaidoyer 

Mme Wilson-Raybould y était allée d’un ultime plaidoyer à ses collègues afin de rester dans le parti, mardi, dans une lettre leur étant adressée. 

Dans sa missive, Mme Wilson-Raybould soutenait que les députés libéraux avaient à décider si le parti libéral favorisait «l’inclusion ou l’exclusion», «le dialogue […] plutôt que sur la mise à l’écart des points de vue dissidents», et «les vieilles façons de faire» aux «nouvelles approches». 

Plusieurs députés avaient ouvertement souhaité son départ du caucus libéral depuis la semaine dernière. Ils ne digèrent pas que l’ex-ministre Wilson-Raybould ait rendu public, vendredi dernier, un enregistrement audio d’une conversation téléphonique avec le greffier du Conseil privé Michael Wernick. L’enregistrement a été réalisé à l’issue de M. Wernick, ce que plusieurs jugent déplacé.

Contenu similaire