Agressée sexuellement par son père: une femme de 46 ans contre-interrogée

VICTORIAVILLE- Annick Therrien, 46 ans, a passé la journée de vendredi à la barre concernant des agressions sexuelles et une menace de mort qu’elle aurait subies dans son adolescence de la part de son père Paul-Émile aujourd’hui âgé de 78 ans.

En 2015, elle a repris contact avec sa soeur adoptive Natacha Michaud-Therrien et les deux ont porté plainte contre leur père. L’homme doit répondre de 12 chefs d’accusation.

Sa famille fréquentait à l’époque un camp de nudiste et, à la maison familiale de Warwick, ils se baignaient nus dans la piscine intérieure. «Nous ne portions jamais de maillot de bain», de raconter Annick.

L’avocat du septuagénaire, Ronald Robichaud, a soulevé que sur plusieurs photos prises à cette maison, tous les gens ont des maillots. «Ces photos-là viennent des anniversaires où nous avions de la visite», a répondu la présumée victime.

Après avoir quitté la résidence de ses parents vers 18 ans, elle a continué à visiter son père et sa belle-mère chez eux. Elle s’est mariée en 1998 et ses parents ont assisté au mariage. «J’ai eu moins de contact avec mes parents après mon mariage, parce que mon mari n’aimait pas mon père.» Elle a coupé tout contact avec eux il y a 11 ans sans préciser la raison.

Le ton a monté à la fin du contre-interrogatoire, vendredi. L’avocat Robichaud lui a demandé avec insistance et à plusieurs reprises: «Vous ne trouvez pas ça spécial que nous venons d’apprendre que vous et votre soeur vous aviez parlé de vos agressions il y a 15 ans et qu’avant, vous aviez jamais dit ça aux policiers ou à un procureur?»

«Ce que j’ai trouvé spécial, c’est ce que j’ai vécu jusqu’à l’âge de 18 ans», a répliqué la femme.

L’audience devant juge et jury présidée par le juge Serge Francoeur reprendra lundi avec d’autres témoins de la poursuite.

Contenu similaire