Allo, ici la Terre!

Plusieurs ont cru qu’au congrès de mai 2017, les militants de Québec solidaire avaient rejeté l’alliance avec le PQ parce que les « radicaux » de Montréal avaient pris le contrôle de la salle de l’UQAM où ils étaient réunis.

Ceux qui pensaient que l’air caquiste de Québec les rendrait plus « raisonnables » sur le port des signes religieux s’étaient lourdement trompés.

Qu’ils viennent de Montréal ou des régions, les militants rassemblés en conseil général au cégep de Limoilou étaient presque unanimes à voir une abomination dans le projet de loi du gouvernement Legault.

En réalité, ils n’ont pas changé d’avis. Ils ont simplement réaffirmé la position qui est inscrite dans le programme officiel du parti depuis des années, mais que l’aile parlementaire avait pris sur elle de déformer pour se rallier au « consensus » du rapport Bouchard-Taylor sans avoir consulté la base du parti.

En fin de semaine, aucun député n’a osé se présenter au micro. Personne ne leur a adressé de blâme, mais il est difficile de ne pas voir un désaveu dans une contradiction aussi nette.

Certains ont semblé tomber des nues en constatant que les militants n’avaient aucune objection à ce que les employés de l’État puissent porter le niqab ou la burqa à certaines conditions. Là encore, il n’y a rien de neuf. Le programme de QS prévoit exactement les mêmes dispositions, mais comme personne ne le lit…

Pendant deux jours, les porte-parole du parti ont donné des explications sans queue ni tête, qui ont simplement ajouté à la confusion. C’était à se demander sur quelle planète ils vivaient.

Manifestement, personne ne s’est jamais soucié de savoir comment ce qui est prévu au programme se traduirait concrètement. Pour mettre un terme à la cacophonie, Gabriel Nadeau-Dubois a finalement intimé à sa collègue de Mercier, Ruba Ghazal, de se taire, mais il nous a au moins assuré qu’il n’y aura pas de rectrice de l’UQAM portant un niqab. Ouf !

 
 

Force est de constater que QS demeure toujours aussi déconnecté de la majorité francophone sur les questions identitaires. Dans le débat sur la laïcité, les solidaires se retrouvent dans le même camp que les libéraux.

Le débat a été nettement plus serein que celui qui avait porté sur le projet d’alliance avec le PQ. Bien sûr, on a dénoncé les « médias sensationnalistes » et les « politiciens démagogues », mais les attaques contre François Legault n’étaient rien à côté des horreurs qu’on reprochait à Jean-François Lisée.

Si une déléguée au conseil général a inscrit son opposition à l’interdiction des signes religieux dans une lutte plus large contre la CAQ et le « gouvernement des patrons », il ne fait aucun doute que les militants solidaires voient plus spécifiquement dans le projet de loi 21 une discrimination inacceptable contre la communauté musulmane.

Leur imperméabilité à toute considération d’ordre stratégique n’en est pas moins fascinante. Même ceux qui ont daigné s’abaisser à ce niveau aux fins de la discussion voyaient dans le libre-choix le positionnement le plus avantageux pour QS.

Une déléguée a fait valoir que c’est en démontrant son attachement à ses principes que QS va gagner l’appui de la population. On voit pourtant mal comment ladite population pourrait soutenir un parti, aussi sincère soit-il, dont les principes sont à l’opposé de ceux auxquels elle adhère.

 
 

Manon Massé était manifestement consciente du problème. Il était assez savoureux de l’entendre accuser le gouvernement Legault d’avoir relancé le débat sur les signes religieux pour faire oublier son ineptie dans la lutte contre les changements climatiques, alors qu’elle tentait elle-même de faire diversion en sens inverse.

Si le PQ se réjouira sans doute de voir QS aller à l’encontre du sentiment de la majorité des francophones, le conseil général de la fin de semaine avait toutefois valeur de test aux yeux de ceux qui croient toujours que le chemin vers l’indépendance devra passer un jour ou l’autre par une reprise du dialogue entre les deux partis.

L’identité du prochain chef du PQ pèsera sans doute dans la balance, mais il faudra surtout qu’un certain pragmatisme se développe à QS. À cet égard, le test n’a certainement pas été concluant. La CAQ ne pourra que se réjouir de voir la division perdurer.

Il est vrai que les résultats de l’élection du 1er octobre, notamment l’appui dont QS a bénéficié chez les jeunes, sont de nature à conforter les militants dans la conviction qu’ils sont sur la bonne voie.

Après tout, les grands perdants ont été les pragmatiques du PQ, qui avaient décidé de renvoyer le référendum à un deuxième mandat. À tout prendre, il vaut peut-être mieux vivre sur une autre planète que dans les limbes.

  

Contenu similaire