Après 27 ans à jongler avec deux emplois, un policier de Laval accroche son sifflet

Un policier de Laval qui a récemment accroché son uniforme de juge de lignes après avoir officié dans 900 rencontres de hockey junior s’est forgé une carapace face à la critique sur la glace, ce qui l’aide aujourd’hui dans son métier.

Stéfan Capano a pris sa retraite d’officiel le 9 mars dernier lors d’un match à Shawinigan dans sa Mauricie natale après 27 ans de service dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« C’était beaucoup d’émotions pour ce dernier voyage, surtout que nous étions deux à nous retirer en même temps. On l’a fait à notre façon, en beauté », mentionne l’homme de 48 ans.

Les 11 dernières années, il a conjugué son travail sur la glace, qui l’a amené aux quatre coins de la province et dans les Maritimes, à son emploi régulier de policier à Laval.

D’ailleurs, il dresse un parallèle dans l’évolution des deux fonctions qu’il occupait et qui en font voir de toutes les couleurs.

Critiqués

Le policier Stéfan Capano en a vu de toutes les couleurs pendant sa carrière de 27 ans comme juge de lignes dans le hockey junior majeur

Photo Martin Alarie

Le policier Stéfan Capano en a vu de toutes les couleurs pendant sa carrière de 27 ans comme juge de lignes dans le hockey junior majeur

« On prend des décisions rapides et souvent contestées. Ça prend une bonne carapace », indique le patrouilleur, en relevant aussi que les qualités physiques nécessaires pour les deux fonctions sont similaires.

Le premier match dans lequel il a été impliqué en septembre 1992 était un affrontement entre les Faucons de Sherbrooke et les Harfangs de Beauport, deux clubs aujourd’hui défunts.

À cette époque, les bagarres étaient monnaie courante alors qu’aujourd’hui elles ont presque disparu. À l’opposé, l’hostilité dans les estrades est un phénomène qu’il a vu se développer.

Il raconte avoir été atteint par des objets lancés en sa direction comme des poutines, du bouillon de poulet, des boulons et même des truites. « On peut dire que j’étais prêt à rentrer dans la police », affirme le père de deux enfants, originaire de La Tuque.

Nouvelle vie

L’arbitrage est apparu dans la vie de Stéfan Capano bien avant le travail d’agent de police.

Ce technicien de génie civil de formation, qui a notamment travaillé dans le domaine forestier, a entrepris une réorientation de carrière pour suivre son rêve.

« J’ai décidé de faire un retour aux études dans la trentaine pour cela, mais je n’ai jamais pensé arrêter d’arbitrer », relate celui qui a côtoyé Martin Brodeur, Vincent Lecavalier et Sidney Crosby sur la glace.

Si les affectations de la LHJMQ sont distribuées selon les disponibilités des officiels, le policier doit aussi tenir compte du temps de déplacement pour se rendre sur place.

« Il faut beaucoup de planification. Ça veut aussi dire qu’on fait une croix sur des événements familiaux. Ma conjointe depuis 25 ans m’a beaucoup épaulé dans tout cela », ajoute-t-il.

Malgré les horaires atypiques de sa profession – il peut être en autopatrouille sept jours de suite avant d’avoir six jours de congé –, il a été en mesure de participer à une quarantaine de rencontres par année.

sa coupe stanley

Son plus beau moment sur patins a été sa première affectation à la Coupe Memorial, la Coupe Stanley du hockey junior majeur, en 2009 à Rimouski.

Comme policier, il se remémore l’accouchement réalisé le 15 février dernier, une première pour lui dans l’exercice de ses fonctions. « J’avais hâte que les paramédicaux arrivent ! » lance Capano en riant.

Maintenant, le ski en famille remplacera les soirées passées à l’aréna les fins de semaine.

« Même si l’ambiance va me manquer, je quitte sans amertume. C’est simplement un deuil à faire », confie-t-il pour terminer.

Une longue carrière

751 matchs en saison régulière


149 parties en séries éliminatoires


8e juge de lignes avec le plus de rencontres à son actif en saison régulière


5e juge de lignes avec le plus de parties à son actif en séries


3 participations à la Coupe Memorial :

  • 2009 à Rimouski
  • 2012 à Shawinigan
  • 2015 à Québec

Contenu similaire