Autobus d’exo: plusieurs clients insatisfaits sur la Rive-Sud

LA PRAIRIE | Des dizaines de clients des services d’autobus d’exo sur la Rive-Sud sont venus faire part de leur mécontentement au transporteur, jeudi soir, lors d’une séance publique tenue à La Prairie, évoquant des pannes, des autobus en retard et une surcharge du réseau.

Exo a répondu à la plupart des questions en indiquant que des solutions étaient en train d’être explorées, souvent sans pouvoir donner de détails réclamés sur les situations précises soulevées par les gens de l’assemblée.

«Depuis janvier, je dois vous dire que le service est exécrable. J’attends le bus de 7 h 20, et ça arrive souvent qu’il ne passe pas et qu’il arrive trois autobus à 7 h 40», a témoigné Dominique Pharan, qui prend tous les jours la ligne 100 pour se rendre au centre-ville à partir de Delson, en Montérégie.

M. Pharan concède que le service s’est amélioré depuis une semaine. Mais sur son téléphone, il a plusieurs photos de longues files d’attente dans le stationnement incitatif Georges-Garnier ou au terminus centre-ville.

«Ça arrive souvent qu’on soit à peu près 160 qui attendent, et qu’un bus de 60 places arrive», a=-t-il résumé.

«Je termine de travailler à 17 h, et des fois je n’arrive chez moi qu’à 18 h 45», a ajouté celui qui habite à Sainte-Catherine.

Une soixantaine de personnes s’étaient déplacées à La Prairie pour exprimer des préoccupations liées à leur situation.

Du côté d’exo, on évoquait plusieurs raisons pour expliquer celles-ci, comme la difficulté des sous-traitants à embaucher des conducteurs et la saturation du terminus au centre-ville qui empêche d’ajouter autant de doubleurs que ce qui serait souhaité.

«Les problèmes mentionnés sont certainement des choses qui sont connues», a résumé la présidente du conseil d’administration, Josée Bérubé, en fin de rencontre.

Le transporteur a par ailleurs assuré qu’un système de localisation de bus en temps réel serait mis en place pour le début de 2020, ce qui permettra à la population d’être mieux informée.

Manque de précisions

Certains clients auraient aimé avoir des réponses plus précises.

Axel Fournier, de l’Association pour le transport collectif de la Rive-Sud, a soulevé un problème en apparence simple: l’autobus 130, qui relie Delson au centre-ville de Montréal, dépose des gens à Candiac, mais n’en embarque pas, ce qui prive les résidents de ce secteur d’un lien direct vers le centre-ville en période hors pointe.

«Je ne comprends pas pourquoi c’est compliqué à régler», a-t-il dit.

Du côté d’exo, on évoque des questions de tarification et de programmation des équipements, tout en assurant que l’harmonisation est en cours.

«On est en train de gérer les problématiques associées à ça», a répondu le directeur général Sylvain Yelle.

Exo a aussi souligné à plusieurs reprises que son réseau serait complètement restructuré lors de l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM), ce qui fait en sorte qu’il ne peut pas investir massivement pour régler les problèmes actuels sur des lignes qui ne seront peut-être plus existantes dans quelques années.

Le transporteur tiendra trois autres séances d’information publique au cours de l’année, deux à Montréal et une sur la Rive-Nord.

Contenu similaire