Bureau de la concurrence : mise en garde concernant les textiles faits de bambou

Le Bureau de la concurrence lance un avertissement aux consommateurs canadiens concernant des vêtements ou tout autre produit textile qui prétend être fait de bambou. 

Cette plante a une très bonne réputation : on dit qu’elle pousse rapidement, qu’elle exige peu ou pas de pesticides, qu’elle possède des propriétés antimicrobiennes et qu’elle est biodégradable, ce qui est vrai. 

Toutefois, le processus de transformation des fibres de bambou, afin de les rendre soyeuses, nécessite l’utilisation de beaucoup de produits chimiques qui peuvent être néfastes pour l’environnement. 

Une fois transformé, le tissu qui en résulte est dans les faits de la rayonne ou de la viscose, et ne contient plus de trace du bambou original. 

Les propriétés antimicrobiennes du bambou ne s’y trouvent donc plus. 

Ainsi, l’étiquetage de produits fait de fibres de bambou transformées doit mentionner clairement que le textile est de la rayonne, de la viscose ou encore, de la « rayonne de bambou » ou de la « viscose de bambou ». 

Selon le Bureau de la concurrence, ces produits sont souvent «mal étiquetés et sont annoncés comme étant simplement faits de bambou, sans aucune mention de rayonne ou de viscose». 

Ainsi, des produits faits à base de bambou ne seraient pas toujours aussi écologiques que l’on pourrait le croire. 

Par conséquent, l’organisme fédéral invite les consommateurs à se méfier des mérites liés à l’environnement ou à la santé accolés aux articles textiles de bambou. 

En cas de doute sur l’étiquetage d’un produit issu du bambou, le Bureau de la concurrence vous recommande de le prendre en photo, ainsi que de noter la marque, le vendeur, le lieu et la date, puis de lui signaler en ligne ou par téléphone (1-800-348-5358).

Contenu similaire