Confusion sur le visage découvert

La nouvelle politique de Québec solidaire pour restreindre le port du voile intégral chez les employés de l’État semble avoir semé une certaine confusion chez les députés et les militants au conseil national du parti, qui s’est terminé dimanche.

En mêlée de presse le matin, la députée Ruba Ghazal n’était pas en mesure de dire si la résolution adoptée la veille par les 330 délégués permettrait ou non à une femme de travailler le visage couvert par un niqab dans le secteur public. Elle a toutefois affirmé être à l’aise avec cette idée dans le cas précis d’une téléphoniste avant de se faire rabrouer par l’un des co-porte-parole du parti.

À lire aussi

« Si ça lui permet de gagner sa vie, pourquoi pas, a affirmé Mme Ghazal. Moi, c’est ça qui est important, c’est que les femmes puissent avoir la totale liberté de gagner leur vie. »

Quelques heures plus tard, Gabriel Nadeau-Dubois a souligné que la députée avait erré.

« Nous, on a dit qu’on ne ferait pas de cas par cas, a-t-il dit. Ruba ce matin a répondu à vos questions, elle n’aurait pas dû faire du cas par cas. Nous, on ne le fera pas et on ne le fera plus. »

Mme Ghazal a par la suite corrigé le tir sur Twitter. « C’est une évidence que je n’ai aucune sympathie pour le niqab, a-t-elle écrit. Je suis tombée dans le piège de ce qu’il ne faut pas faire : statuer sur des cas hypothétiques et imaginaires. »

Abandon du compromis

Les 330 délégués du parti réunis au Cégep de Limoilou à Québec au cours du week-end ont choisi de permettre le port de tous types de signes religieux pour les fonctionnaires en position d’autorité coercitive — juges, procureurs de la Couronne, policiers, gardiens de prison — de même que le président et vice-président de l’Assemblée nationale. Une position contraire à celle qui avait été adoptée par le parti après la publication du rapport Bouchard-Taylor en 2008.

Ils ont également adopté une résolution pour restreindre les « vêtements couvrant le visage » pour les fonctionnaires et autres employés de l’État en vertu de quatre critères déjà inscrits dans leur programme, soit le prosélytisme, le devoir de réserve, l’exercice de la profession ou les normes de sécurité.

Contrairement à sa collègue Ruba Ghazal, le député Andrés Fontecilla avait indiqué en entrevue au Devoir samedi que ces critères allaient couvrir une vaste majorité d’emplois. « Pour moi, ce que je comprends, c’est que le visage couvert pour un employé de l’État est en fait pratiquement impossible », avait-il tranché.

Les députés n’étaient pas les seuls à être embrouillés. Quelques militants à qui Le Devoir avait parlé à l’issue du vote samedi ne semblaient pas avoir compris ce que la résolution signifiait.

Les co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, ont refusé de définir dimanche quel type d’emploi pourrait occuper une femme au visage couvert.

« Des femmes qui portent le niqab et qui veulent devenir rectrice de l’UQAM, ça n’existe pas », s’est impatienté M. Nadeau-Dubois en mêlée de presse dimanche.

« Et à partir d’aujourd’hui, vous ne nous entendrez plus alimenter une crise qui n’existe pas en faisant des scénarios hypothétiques et imaginaires. »

Il avait pourtant cité l’exemple, la veille, d’une enseignante qui devrait exercer son métier à visage découvert pour communiquer avec ses élèves.

« Ces critères-là sont restrictifs, ils sont clairs et, moi, je pense que, lorsque Ruba vous a répondu, elle a répondu dans le meilleur de sa connaissance », a soutenu Manon Massé.

Les quatre critères pour le visage découvert de Québec solidaire s’appliqueraient au cas par cas par l’entremise des employeurs.

Denise Veilleux, déléguée de Sainte-Marie–Saint-Jacques, craint un retour « aux déchirements » qui avaient entouré le débat sur les accommodements raisonnables.

« Renvoyer la patate chaude comme ça à chaque [employeur], ça ouvre la porte à toutes sortes de problèmes », a dit la militante féministe qui aurait préféré une interdiction complète du voile intégral pour la prestation de services publics.

Cap sur l’environnement

Même si la question de la laïcité a occupé les délégués une bonne partie de leur avant-midi samedi, le discours de clôture de Mme Massé et de M. Nadeau-Dubois en a peu fait mention.

« […] c’est ensemble que nous construirons le pays du Québec avec les Québécois et les Québécoises de toutes les régions, de toutes les origines, de toutes les religions, de toutes les générations, c’est ensemble que nous le ferons, ce pays d’égalité et de justice parce que la liberté, c’est le meilleur antidote à la peur et que les peuples libres et forts n’ont pas besoin d’exclure pour se sentir fiers », a clamé le jeune député, déclenchant une longue salve d’applaudissements.

Il a appelé les solidaires à poursuivre la mobilisation citoyenne pour lutter contre les changements climatiques et à rallier l’ensemble de la population. Le parti prévoit dix rassemblements dans chacune de ses circonscriptions ce printemps.

Québec solidaire s’est donné pour objectif de talonner le gouvernement Legault sur l’environnement durant 18 mois pour qu’il se dote d’un plan crédible pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre qui inclurait l’interdiction des projets d’exploitation pétrolière ou gazière. S’il refuse d’obtempérer, les députés solidaires tenteront de retarder l’adoption des projets de loi caquistes à compter du 1er octobre 2020.

Contenu similaire