Des citoyens indemnisés après plus de 20 ans

Plus de 20 ans après avoir vécu le vacarme incessant des travaux de réfection de l’autoroute Ville-Marie, plus de 1500 Montréalais vont se partager 1,8 M$ en indemnités.

« On peut dire que la boucle est bouclée maintenant. Ç’a été très long, mais on a fini par l’avoir », dit Peter Krantz, à l’origine de l’action collective, en brandissant son chèque reçu lundi par la poste.

L’homme, aujourd’hui âgé de 58 ans, ressort tout de même avec un goût amer de tout le processus judiciaire.

« Qu’est-ce que ç’a donné pour 20 ans de procédures ? Un chèque d’environ 2900 $… Je n’ai pas l’impression que justice a été servie. J’avais vécu l’enfer et tu regardes ça aujourd’hui, c’est la même chose à cause du trafic », dit-il en pointant la rue Saint-Antoine où les véhicules sont pare-chocs à pare-chocs en raison des travaux de l’échangeur Turcot.

Il aurait souhaité que l’action collective amène des changements significatifs pour réduire les niveaux de bruit, alors que selon lui « rien n’a changé ».

On reconnaît l’autoroute Ville-Marie en 1998 pendant les travaux à la source du litige. 

Photo d’archives

On reconnaît l’autoroute Ville-Marie en 1998 pendant les travaux à la source du litige. 

« Pas endurable »

« C’était pas endurable pendant trois ans. Il y avait des machines qui faisaient autant de bruit qu’un réacteur d’avion. Impossible de dormir la nuit avec ça. Aujourd’hui, c’est un peu moins pire, mais c’est loin d’être agréable », grogne M. Krantz.

Seulement 1503 membres qui s’étaient inscrits, soit 12,5 % des gens qui auraient pu être indemnisés, recevront dans les prochains jours un chèque dans leur boîte aux lettres, alors qu’on estimait que le recours aurait pu toucher 12 000 Montréalais.

Ils vont se partager environ 1,8 M$, ce qui représente en moyenne 1200 $ par personne. L’action collective visait le gouvernement du Québec ainsi que trois entreprises de construction, Les Entreprises Claude Chagnon inc., Les Grands Travaux Soter inc. et Construction DJL inc.

« Les indemnités varient beaucoup d’une personne à l’autre », explique Me Gabrielle Gagné, du cabinet Trudel, Johnston & Lespérance, qui pilotait le dossier. La collaboration de la Régie de l’assurance maladie du Québec a contribué à fournir des preuves de résidence pour des membres.

Un système de points a calculé le montant reçu, selon les dommages subis. Les chèques ont été postés vendredi dernier.

Variations

« On demande aux gens de surveiller leur boîte aux lettres et de ne pas s’inquiéter parce qu’il peut y avoir des délais. Par la suite, ils vont avoir six mois pour aller le déposer, précise Gabrielle Gagné. Nous sommes très contents pour les membres du montant qu’on a réussi à distribuer et les frais d’administration qui demeurent bas ».

« Oui, les actions collectives finissent par aboutir et ça peut donner lieu à des indemnités. On encourage les gens à toujours s’inscrire », conclut l’avocate.

Contenu similaire