Des médecins réclament un contrôle plus strict des armes à feu

OTTAWA – Des médecins plaidant pour un contrôle plus strict des armes à feu ont manifesté dans une dizaine de villes canadiennes, mercredi, dont Montréal, Toronto et Ottawa.

De passage sur la colline parlementaire, des membres d’un regroupement d’urgentologues et de chirurgiens traumatologues, notamment, ont exhorté le fédéral à adopter rapidement le projet de loi C-71 encadrant la vente d’armes.

Ce groupe, Médecins canadiens pour un meilleur contrôle des armes à feu, réclame aussi une interdiction des armes de poing et des armes d’assaut, ce qui n’est pas prévu dans la pièce législative à l’étude au Sénat.

«Les décès et blessures causés par les armes à feu sont des tragédies évitables», écrivent plusieurs médecins dans une lettre qu’ils ont tour à tour envoyée au premier ministre Justin Trudeau.

«Les médecins, tout comme d’autres professionnels de la santé, ont été directement témoins des traumatismes physiques et émotionnels dévastateurs provoqués par des armes à feu, qu’il s’agisse par exemple de violence sexiste, de suicides ou bien de la mort accidentelle d’enfants», peut-on également lire dans la missive.

Le ministre de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, a rappelé mercredi avoir parcouru plusieurs régions du pays pour des consultations sur l’approche à adopter concernant les armes de poing et d’assaut.

«Il y a des choses que nous devons faire pour garder nos communautés en sécurité et nous sommes préparés à considérer toute mesure efficace pour garder les armes loin des mains de ceux qui voudraient blesser ou tuer des gens», a-t-il dit en mêlée de presse.

Contenu similaire