Des voyageurs québécois en colère contre WOW Air

 Des voyageurs québécois en Europe qui n’ont pu prendre l’avion pour rentrer chez eux à cause de la faillite de WOW Air se sentent floués par le voyageur à bas prix.

 « Nous y étions presque », fulmine Éliane Tremblay, 25 ans, qui devait s’envoler de Berlin jeudi après cinq mois à l’étranger. Mais son « gros voyage d’une vie » s’est terminé dans le stress en apprenant que son avion resterait cloué au sol. 

 L’entreprise islandaise, populaire pour ses vols à bas prix vers l’Islande, mais aussi d’autres capitales européennes, a cessé ses activités et annulé tous ses vols jeudi, laissant tomber des milliers de passagers. 

 Le transporteur était déficitaire et des rumeurs de faillite couraient. Sur les neuf premiers mois de 2018, elle a affiché une perte avant impôts de près de 42 millions $. 

 « Si nous l’avions su juste une journée avant, nous aurions pu nous organiser sans tout le trouble, le stress », plaide Charles Raynault, le conjoint d’Éliane Tremblay. Le couple s’est réveillé prêt à se rendre à l’aéroport avec un courriel de WOW Air annonçant la mauvaise nouvelle. 

 1900 $ au lieu de 400 $

 Ils avaient acheté des billets à 400 $ chacun pour rentrer d’Europe. Mais jeudi, les billets les moins chers de Berlin vers le Canada coûtaient 1900 $ chacun, disent-ils. Pour éviter de se ruiner, ils ont trouvé un vol de Paris vendredi et ils passeront la nuit dans un autocar pour s’y rendre. En tout, ils dépenseront 2000 $ pour rentrer au pays. Ils espèrent que leurs assurances couvriront une partie des frais et que leur compagnie de carte de crédit pourra rembourser leurs vols WOW Air. 

 Devant quitter l’Islande jeudi, la Montréalaise Anne Dongois a aussi appris la faillite à son réveil. Elle a vite acheté des billets de retour le même jour avec Icelandair pour environ 800 $, juste avant de voir les prix grimper à plus de 2000 $. 

 Inquiétude

 Également en Islande, Émile Poulin a quant à lui appris la banqueroute de WOW Air par des touristes français à son auberge. Il a lu l’inquiétude sur le visage de la proprio des lieux, étant donné que le voyageur à bas prix attirait des millions de visiteurs. 

 L’homme de 25 ans devait rester en voyage jusqu’à dimanche, mais il devra peut-être étirer son séjour s’il ne parvient pas à trouver un vol. Il déplore que WOW Air n’offre aucune aide à ses clients. 

 L’Office de la protection du consommateur rappelle aux voyageurs que ceux ayant fait affaire avec une agence de voyages pourront bénéficier d’un fonds d’indemnisation. Les autres devront se tourner vers les compagnies de cartes de crédit pour un remboursement. 

 – Avec l’AFP

Contenu similaire