Desjardins interpellé sur les enjeux climatiques par des manifestants

Des manifestants se sont rassemblés devant le Palais des congrès, où se tenait l’assemblée générale annuelle de Desjardins, pour interpeller le Mouvement sur les enjeux climatiques, samedi midi.

Quelques dizaines de personnes ont bravé la pluie pour demander à Desjardins de cesser d’investir dans les pipelines et les énergies fossiles. Le matin, des membres ont distribué des cartons produits par Greenpeace lors de l’assemblée pour sensibiliser les participants à la cause.

« Investir dans les pipelines nous emprisonne », a dit à La Presse Laure Waridel, écosociologue et professeure à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.

Pour atteindre les objets de réduction des gaz à effet de serre en 2030, il est impératif de se retirer dès maintenant des projets de pipelines et d’énergies fossiles, ont insisté les manifestants. « Les investissements devraient aller vers des solutions pour réduire notre dépendance au gaz et au pétrole, pas pour financer le problème », a souligné Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada, ajoutant aussi que l’opposition de groupes des Premières Nations devrait être écoutée.

Trente-cinq caisses ont voté des résolutions pour le désinvestissement des pipelines de sables bitumineux, notamment en appelant le Mouvement à retirer son financement du projet de l’oléoduc Trans Mountain. Les résolutions n’ont cependant pas le pouvoir de contraindre la direction.

Le président et chef de la direction de Desjardins, Guy Cormier, a réagi aux critiques cette semaine dans une lettre publiée dans plusieurs médias. « Soyons clairs : les gens qui affirment que notre coopérative ne se soucie pas de l’importance de lutter contre les changements climatiques se trompent de cible », affirme-t-il, ajoutant que l’investissement dans les énergies fossiles est « marginale » et compte pour moins de 3 % de leurs actifs.

Pour les militants, c’est déjà trop : Greenpeace estime à quelques centaines de millions le financement accordé par Desjardins pour les projets de pipelines de sables bitumineux

« C’est vrai que Desjardins en fait plus que les autres, notamment pour la carboneutralité, c’est clairement un précurseur, a indiqué Mme  Waridel. Mais Desjardins doit aussi être un précurseur dans le retrait des investissements des sables bitumineux. »

L’assemblée annuelle générale de Desjardins se tenait vendredi et samedi. Des jeunes ont convergé vers le Palais des congrès dans le cadre de leur marche pour le climat vendredi.

Contenu similaire