Deux jeunes femmes effectuent un sauvetage héroïque à Beloeil

Le mardi 19 mars, en pleine nuit, Zoé et Laury-Ann décident de raccompagner un collègue chez lui à la sortie du travail pour lui éviter de prendre le bus. Après l’avoir déposé, sur le chemin du retour, elles passent devant l’incendie. Elles décident alors de faire demi-tour et d’emprunter une rue transversale afin de se garer devant l’immeuble. Première réaction bien de notre époque – elles ont 19 et 20 ans : sortir leur téléphone et prendre des images.

Mais la scène semble un peu trop calme à leurs yeux. Alors que le feu se propage, elles constatent que tous les véhicules sont en place en bas de l’immeuble et que personne n’est dans la rue. L’immeuble n’a donc pas été évacué. Elles reprennent alors leur téléphone et appellent les secours.

Elles décident ensuite d’entrer à l’intérieur : « Forcément, on avait peur, mais on s’est dit qu’on ne pouvait pas rester les bras croisés », exprime Laury-Ann. 

Dans l’immeuble, seules les flammes font du bruit pendant que la fumée se propage. Les habitants dorment. Elles cognent aux portes pour les prévenir du danger. Puis, elles ressortent pour cogner aux portes du patio sous le deuxième étage, où le feu est le plus agressif. Une personne sort et les emmène à un deuxième patio où deux autres personnes sont évacuées. De là, elles font le tour de l’immeuble et se font aider par les premiers secourus pour déverrouiller la porte principale. 

En état de choc

Les deux jeunes femmes décident de retourner dans l’immeuble et de continuer à frapper aux portes. 

Elles aident alors une dame de 74 ans résidant au second étage qui tentait de sortir par la porte arrière : « Elle venait de rester très longtemps au milieu de la fumée. Nous l’avons trouvée en état de choc, alors je lui ai donné ma veste et je l’ai emmenée aux ambulanciers », explique Laury-Ann. Elle a ensuite été transférée à l’hôpital. 

Une autre femme, prise au piège au dernier étage, qui rencontrait des difficultés pour descendre l’escalier, a été aidée par Laury-Ann Fortin et Zoé Grisé. 

Pour Sylvain Labrecque, directeur adjoint aux affaires internes de la Régie intermunicipale de sécurité incendie de la Vallée-du-Richelieu, sans leur intervention, « le bilan n’aurait [assurément] pas été le même », exprime-t-il en entrevue avec La Presse.

Les systèmes d’alarme se seraient déclenchés dans les immeubles voisins, mais pas dans celui touché par l’incendie. Celui-ci était seulement équipé d’un avertisseur de fumée, qui se serait déclenché tardivement, selon M. Labrecque. L’incendie aurait démarré sur le balcon du deuxième étage, mais la cause reste encore indéterminée.

Zoé et Laury-Ann ont dû faire preuve de beaucoup de courage pour entrer dans l’immeuble : « Quand on est arrivées, le feu s’était déjà bien propagé, mais grâce à notre intervention tout le monde a pu sortir sain et sauf », explique Laury-Ann. Après avoir appelé les pompiers à minuit vingt-sept, les jeunes femmes ont mis moins de cinq minutes à évacuer l’immeuble avant l’arrivée des secours à minuit trente-deux, des minutes très précieuses : « Le feu évoluait très vite, c’est une chance qu’elles soient passées par là et qu’elles aient eu cette réaction. Dans ce genre d’incendie rapide, chaque minute compte », explique Sylvain Labrecque.

Reconnaissant envers l’acte des deux jeunes femmes, M. Labrecque dit qu’il fera tout pour qu’elles reçoivent des médailles de reconnaissance provinciale et fédérale afin de saluer cet acte de civisme et d’héroïsme.

Contenu similaire