Gatineau se réjouit du succès de la tarification sociale

Montréal rêve d’adopter la tarification sociale, mais la Ville de Gatineau l’expérimente déjà depuis un an. Et les résultats sont concluants, assure la Société de transport de l’Outaouais (STO).

Forte participation

La STO a lancé en 2018 le tout premier programme de tarification sociale de la province, ÉCHO. Celui-ci permet à des personnes aux revenus modestes de payer les mêmes tarifs réduits que les étudiants, soit un laissez-passer mensuel à 64 $ plutôt que 98 $. En cette première année, pas moins de 1856 personnes se sont prévalues du programme. « On a vu que ça répondait vraiment à un besoin réel », se félicite Myriam Nadeau, présidente de la STO. Près des deux tiers (63 %) des participants sont des prestataires de l’aide sociale. Le transporteur a aussi voulu contribuer à l’intégration des immigrants en l’ouvrant aux nouveaux arrivants, qui ont représenté un peu plus du quart (28 %) des participants. Enfin, 9 % des participants au programme sont des travailleurs gagnant moins que le seuil de faible revenu, fixé à 17 050 $ pour une personne seule.

Portrait des clients du programme ÉCHO

Femmes : 54 %

Hommes : 46 %

Âge moyen : 41 ans

Enfants par ménage : 2,1

Clients du transport adapté 11 %

Source : STO

Hausse des déplacements

+ 32 %

La STO a observé une hausse marquée des déplacements faits par les détenteurs du titre ÉCHO. En effet, près des trois quarts des usagers étaient déjà des utilisateurs habituels des transports collectifs. Alors qu’ils avaient fait 148 000 déplacements en 2017, ils en ont fait 196 000 l’an dernier. À noter, cette hausse de 32 % est supérieure à la hausse de 15 % observée chez l’ensemble des usagers du réseau de la STO. « Ces données sont extrêmement parlantes », estime Myriam Nadeau.

Déplacements faits par les prestataires avant et après l’introduction du programme

2017 : 148 000

2018 : 196 000

Source : STO

Sortie de l’isolement

Les données de la STO permettent également de constater que le quart (26 %) des détenteurs du titre ÉCHO n’utilisaient pas les transports collectifs auparavant. Ceux-ci ont fait tout près de 94 000 déplacements en 2018, soit 195 en moyenne chacun. « On a tendance à croire que ces gens se déplaçaient moins, comme le seuil de faible revenu a été fixé à 17 050 $ pour une personne seule. Ça permet de contrer l’isolement », estime Mme Nadeau.

Des usagers hors pointe

Fait intéressant, les données recueillies par la STO montrent que les usagers ÉCHO utilisent davantage les transports en commun en dehors des heures de pointe. Ils ont aussi fait plus de déplacements la fin de semaine : 18 % de leurs déplacements ont eu lieu les samedis et dimanches, contre 7 % pour les usagers ordinaires. Bref, leur arrivée n’a pas fait déborder les autobus de Gatineau, contribuant au contraire à les remplir dans les périodes creuses de la journée. « Là où le programme a vraiment une valeur ajoutée, c’est que ça a permis d’avoir des gens sur le réseau aux heures où on a de la capacité résiduelle », résume Myriam Nadeau.

Période d’utilisation des transports collectifs

ÉCHO / Ordinaires

Aube 2 % / 2 %

Heure de pointe AM 22 % / 35 %

Jour 35 % / 19 %

Heure de pointe PM 25 % / 34 %

Soir 13 % / 8 %

Nuit 3 % / 2 %

Mesure à bas coût

La STO calcule que la tarification lui a coûté moins de 100 000 $ pour sa première année. En offrant un tarif réduit, le transporteur gatinois s’est privé de 68 000 $ de recettes. La facture en ressources humaines pour traiter les demandes s’est élevée à 30 000 $. « Ç’a été un certain fardeau administratif, mais on a été capables de le gérer, parce qu’on avait l’aide des groupes communautaires qui accompagnaient les demandeurs », indique Myriam Nadeau. La STO espère toutefois avoir l’appui de Québec. Pour simplifier ses démarches afin de valider si une personne est admissible, elle aimerait que la déclaration de revenus puisse être utilisée. Elle aimerait aussi hausser le seuil de faible revenu pour augmenter le nombre de personnes admissibles et offrir une réduction de tarifs plus importante.

L’intérêt de Montréal bienvenu

La STO a dit voir d’un bon oeil l’intérêt de la région de Montréal pour la tarification sociale, alors que la Communauté métropolitaine de Montréal souhaite l’implanter à court terme. « On a besoin d’alliés pour la suite des choses », dit Myriam Nadeau. Le transporteur croit en effet que voir d’autres sociétés de transport adopter la tarification sociale incitera Québec à appuyer l’initiative. Surtout, la STO estime que sa première année a permis de démontrer l’efficacité de cette mesure. « On n’est plus dans l’abstrait, on l’a vécu », dit Myriam Nadeau.

Contenu similaire