Gynécologie au CUSM: une décision sur l’injonction attendue mardi

Il y a environ trois semaines, la direction du CUSM annonçait que la clinique située à l’Hôpital de Lachine fermerait et qu’à compter du 1er avril, les patientes devaient se trouver un gynécologue à l’Hôpital de LaSalle du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal (CIUSSS).

Les plaignants soutiennent que la fermeture de la clinique posera une menace à la santé des femmes de l’arrondissement de Lachine, à Montréal, et de la ville de Dorval voisine.

Le Dr Paul Saba, qui préside le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens de l’Hôpital de Lachine, s’est dit convaincu que l’Hôpital de LaSalle n’a pas les ressources suffisantes pour accueillir les personnes se butant aux portes closes de la clinique de Lachine. Chaque année, quelque 700 consultations sont faites à Lachine par les gynécologues en place.

Le CUSM a expliqué que la mission donnée à l’Hôpital de Lachine serait d’offrir dorénavant plus de soins pour les hommes alors que ceux pour les femmes seront assurés par l’Hôpital de LaSalle. La décision aurait été prise en 2014.

Le Dr Saba soutient que la décision d’il y a cinq ans prévoyait un regroupement des soins pour hommes à Lachine, mais pas la fermeture de la clinique. À son avis, la fin des activités à Lachine est motivée par des raisons financières.

En juin dernier, le gouvernement du Québec octroyait une enveloppe de 95 millions à l’Hôpital de Lachine pour la construction d’un nouveau pavillon qui abritera des unités fonctionnelles, dont l’urgence, les soins intensifs, la médecine de jour, les unités d’hospitalisation, de médecine et de chirurgie ainsi que les soins palliatifs. Les travaux doivent débuter à l’automne 2020 et la fin des travaux est prévue pour le printemps 2023.

Contenu similaire