Hausse marquée du nombre d’acheteurs étrangers à Montréal

Une hausse de 21,5 %

Lors du dernier budget du Québec, le gouvernement a dit continuer à suivre de près les transactions immobilières conclues par des acheteurs étrangers. On y apprend que leur nombre a ainsi augmenté de 21,5 % l’an dernier sur l’île de Montréal. C’est la deuxième hausse majeure à survenir dans la métropole, le nombre de ces transactions ayant augmenté de 28 % en 2017. Le reste de la province n’est toutefois pas touché par le phénomène, le nombre d’achats par des étrangers y ayant au contraire diminué. « C’est très concentré à Montréal. Les trois quarts des transactions se font dans la grande région de Montréal, principalement sur l’île », note Estelle Filiatrault-Bégin, économiste pour la firme JLR.

Plus d’étrangers que de Canadiens

Les acheteurs étrangers ont ainsi effectué 3,4 % des transactions immobilières sur l’île de Montréal l’an dernier, soit près de quatre fois plus qu’en 2010. Ce faisant, ils ont ainsi été plus nombreux que les acheteurs provenant du « reste du Canada ». Les acheteurs provenant des autres provinces ont en effet réalisé 3,1 % des transactions sur l’île. « Malgré tout, même si le nombre d’acheteurs étrangers a augmenté en 2018, ça reste faible en termes de proportion », nuance Estelle Filiatrault-Bégin. Les Québécois ont en effet fait 93,5 % des achats sur l’île l’an dernier.

Proportion des acheteurs étrangers à Montréal

• 2006 1,7 %

• 2010 0,9 %

• 2017 2,9 %

• 2018 3,4 %

Source : JLR.ca

Les Chinois se rabattent sur Montréal

Cette vague d’acheteurs étrangers est en grande partie due à l’arrivée massive des acheteurs d’origine chinoise dans le marché montréalais. Pour la première fois en 2018, ceux-ci ont en effet détrôné Américains et Français, qui étaient traditionnellement les acheteurs étrangers les plus importants sur l’île.

« Il y a vraiment eu un changement. Pour la première fois, les acheteurs chinois ont été les plus importants dans la métropole. On peut penser que l’impact des taxes de Toronto et Vancouver a eu pour effet leur réorientation sur Montréal. » – Estelle Filiatrault-Bégin

L’Ontario a adopté en avril 2017 une taxe de 15 % pour les acheteurs étrangers dans la région du Grand Toronto. La province suivait ainsi une taxe similaire imposée à Vancouver en août 2016. Les deux villes ont observé depuis une baisse du nombre d’acheteurs étrangers. Outre les acheteurs chinois, JLR note aussi une hausse des investisseurs en provenance d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, bien que leur proportion demeure encore faible.

Origine des acheteurs de condos

• 2015 / 2018

• Chinois : 8 % / 33 %

• Américains : 25 % / 21 %

• Français : 27 % / 12 %

• Autres : 40 % / 34 %

Source : JLR.ca

Les condos prisés

Les données indiquent que les acheteurs étrangers s’intéressent principalement aux condos. Ce type de logement a représenté les deux tiers des transactions des acheteurs étrangers. La vaste majorité (82 %) de ces achats au Québec ont eu lieu sur l’île. À l’extérieur de Montréal, ce sont avant tout les maisons unifamiliales qui ont la cote. Les acheteurs chinois s’intéressent tout particulièrement aux condos, ayant fait l’acquisition de 220 de ces unités l’an dernier, soit 10 fois plus qu’en 2015. À noter, les acheteurs étrangers achètent des propriétés plus onéreuses que les Québécois. Le prix médian d’achat d’un condo à Montréal pour ceux-ci était de 390 000 $, contre 317 000 $ chez les Québécois.

Pas de surchauffe

Pour Québec, ces chiffres ne témoignent pas d’une surchauffe du marché immobilier. Le gouvernement n’a ainsi pas jugé bon d’accéder à la demande de la mairesse Valérie Plante, qui souhaite obtenir le pouvoir d’imposer une taxe aux acheteurs étrangers, à l’instar de Vancouver et Toronto. « Malgré la forte croissance du nombre de transactions effectuées par des acheteurs étrangers, ceux-ci sont peu présents au Québec et se concentrent principalement sur l’île de Montréal », peut-on lire dans le budget. Québec dit ainsi continuer à « suivre l’évolution du marché immobilier au Québec ». À l’échelle du Québec, leur présence paraît en effet marginale, ne représentant que 1,1 % des transactions en 2018.

Montréal maintient sa demande

L’administration Plante maintient néanmoins sa demande de pouvoir taxer les achats faits par des étrangers, disant vouloir prévenir plutôt que guérir si son marché immobilier devait s’emballer. « Montréal souhaite toujours se doter des outils nécessaires pour éviter une flambée de son marché immobilier. Certaines grandes villes canadiennes, comme Vancouver et Toronto, ont admis qu’elles auraient voulu intervenir en amont », dit Youssef Amane, directeur des communications au cabinet de la mairesse. Surtout que la pression des acheteurs étrangers semble se faire davantage sentir dans un secteur précis de l’île, le centre-ville, risquant de contribuer à une hausse localisée des prix. Dans Ville-Marie, en effet, les acheteurs étrangers ont représenté plus d’un achat sur dix de condos.

Contenu similaire