Heures supplémentaires: la FIQ crie victoire

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) est satisfaite de la décision du Tribunal administratif du Québec (TAT) concernant le temps supplémentaire obligatoire, mais compte quand même tenir sa manifestation lundi pour faire valoir sa cause.

Vendredi, le TAT a ordonné aux membres de FIQ «de répondre aux demandes de temps supplémentaire obligatoire [TSO] lors de situations urgentes et exceptionnelles».

La FIQ considère que ce jugement lui laisse une marge de manœuvre pour la tenue de sa «Journée sans TSO» lundi, même si le TAT a indiqué que «l’action concertée» prévue risque de porter préjudice ou est susceptible de porter préjudice à un service auquel le public a droit».

«On tient toujours notre journée lundi. [Le jugement] recadre et vient dire et reconnaît que le TSO doit être utilisé dans des situations urgentes et exceptionnelles. […] Si jamais il y avait des situations où on devait utiliser notre jugement professionnel, pour des situations exceptionnelles, on le fera», a promis Nancy Bédard en entrevue.

«Pour nous, c’est une victoire, a-t-elle poursuivi. […] Une situation urgente et exceptionnelle n’est pas connue d’avance.»

«Pour moi, enfin une juge a compris à quoi doivent servir ces situations-là. On va s’en servir noir sur blanc», a-t-elle poursuivi.

Le TAT a tenu une audience publique jeudi soir relativement à la «Journée sans TSO» de la FIQ. Plus tôt, les deux parties avaient pris part à une séance de conciliation qui n’a pas permis d’en arriver à une entente.

Le Tribunal a par ailleurs indiqué que «les établissements de santé, représentés par le Comité patronal de négociation du secteur de la santé et des services sociaux (CPNSSS), ont pris tous les moyens et mesures nécessaires pour éviter de recourir au temps supplémentaire obligatoire à être effectué par les professionnelles et les professionnels en soins infirmiers au cours de la journée du 8 avril 2019, et qu’ils continueront de le faire».

Contenu similaire