Heures supplémentaires obligatoires des infirmières: le «dossier numéro un» de la ministre McCann

La ministre de la Santé Danielle McCann assure que la situation entourant les heures supplémentaires obligatoires chez les infirmières va s’améliorer «dans les prochaines semaines».

«C’est le dossier numéro un. C’est la priorité de tous les établissements et nous allons faire toutes les étapes en accéléré», a indiqué la ministre McCann, en mêlée de presse, lundi, en marge d’une annonce à l’hôpital Sainte-Justine, à Montréal.

Le Journal de Montréal révélait lundi des portions du «recueil noir», un cahier dans lequel 500 infirmières de Lanaudière dénoncent les conséquences dramatiques des heures supplémentaires obligatoires. Ces témoignages démontrent que plusieurs infirmières sont stressées et accablées de fatigue lorsqu’elles sont forcées de demeurer en poste, tandis que certaines ont même confié se sentir carrément prises en «otage» à l’hôpital.

«Ça fait 24 heures que je suis debout le lendemain. Quand je prends ma voiture, […] c’est comme si j’avais pris une bière ou deux», a imagé une infirmière croisée par TVA Nouvelles.

«J’arrivais chez nous, je pleurais tout le temps. Je me disais « My god, c’est quoi cette profession-là? »», a renchéri une autre infirmière, Maude Burelle.

Grève des heures supplémentaires obligatoires

Lundi, en guise de moyen de pression, quelque 76 000 infirmières ont choisi de réduire au minimum les heures supplémentaires, ne les effectuant qu’en cas de force majeure.

«On a donné une semaine aux établissements pour prioriser, pour planifier les horaires adéquatement. Aujourd’hui, dans tout le Québec, à l’heure où on se parle, il n’y a pratiquement pas d’heures supplémentaires obligatoires», a expliqué Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, en entrevue à LCN.

La ministre McCann dit comprendre les infirmières qui considèrent que la situation évolue trop lentement, mais leur demande de patienter encore un peu.

«Nos PDG, nos établissements veulent changer complètement cette situation et, malheureusement, ça ne se fait pas en deux jours, mais ça va se faire dans les prochaines semaines. Il y aura des améliorations», a-t-elle assuré.

Elle a notamment rappelé que son gouvernement a investi 200 millions $ pour l’embauche de personnel en santé, ce qui donnera vraisemblablement des résultats.

Contenu similaire