Intoxication dans une école: des réponses exigées par le ministre Roberge

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a décidé que la situation avait assez duré et demande des comptes à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) à la suite de l’intoxication au monoxyde de carbone d’une trentaine d’élèves, il y a deux mois, dans une école primaire de l’arrondissement de LaSalle, à Montréal.

TVA Nouvelles a appris que Jean-François Roberge a présenté un ultimatum serré à la CSMB pour qu’elle lui fournisse des réponses claires afin de rassurer les parents.

Le 15 janvier dernier, Diane Lamarche-Venne, présidente de la commission scolaire, affirmait dans le cadre d’une mêlée de presse qu’il y avait un détecteur de monoxyde de carbone à l’école primaire Des Découvreurs.

Un rapport d’entretien rendu public jeudi par TVA Nouvelles démontre toutefois le contraire: il n’y avait pas de détecteur de monoxyde de carbone dans l’établissement le 14 janvier dernier, lors de l’incident. L’école n’en avait pas l’obligation, mais des parents d’enfants intoxiqués ont l’impression de ne pas avoir été informés de la vérité.

La situation a donc poussé le ministre de l’Éducation à se mêler du dossier.

Confiance

TVA Nouvelles a mis la main sur une lettre envoyée vendredi à Mme Lamarche-Venne et, clairement, on sent l’empressement de Jean-François Roberge à vouloir faire la lumière sur cette histoire.

«Lorsque sont en cause la santé et la sécurité des élèves ainsi que du personnel qui œuvre auprès de ces derniers, la fiabilité des informations diffusées au ministère de l’Éducation et dans l’espace public est essentielle afin de préserver la confiance des citoyens envers nos organisations», y écrit-il.

«L’information que vous me transmettrez devra notamment préciser le ou les types de gaz que le détecteur en place, le cas échéant, pouvait détecter. S’il s’avérait qu’aucun détecteur de monoxyde de carbone n’était en place au moment des événements, je vous prierais de m’informer de la date à laquelle vous ou votre direction générale en avez été informées», ajoute le ministre.

Ce dernier a d’ailleurs exigé des réponses d’ici lundi.

Contenu similaire