La détresse à son comble

Le débat sur la réforme de l’industrie du taxi a pris une tournure inattendue quand un propriétaire de plusieurs permis a posé un geste de désespoir en direct à la télévision, vendredi matin.

Un peu avant 7 h, l’homme qui détiendrait 20 permis de taxi s’est infligé des blessures à un poignet alors qu’il terminait une entrevue sur les ondes de LCN, à partir d’un studio à Québec. Aussitôt, une personne qui se tenait près de lui est intervenue.

Le propriétaire venait de révéler sa situation financière et son opposition au projet de loi 17 du gouvernement.

Il a été conduit en ambulance dans un centre hospitalier où l’on ne craint pas pour sa vie.

Abdallah Homsy, porte-parole de l’industrie, a rencontré les médias vendredi au Centre de prévention du suicide de Québec. Il est accompagné de la directrice du centre, Lynda Poirier.

Photo Didier Debusschere

Abdallah Homsy, porte-parole de l’industrie, a rencontré les médias vendredi au Centre de prévention du suicide de Québec. Il est accompagné de la directrice du centre, Lynda Poirier.

Un « appel à l’aide »

Cet homme a voulu lancer « un appel à l’aide », a ensuite analysé Abdallah Homsy, porte-parole­­­ de l’industrie, qui est apparu ému devant les médias quelques heures plus tard.

Dans une brève déclaration faite depuis le Centre de prévention du suicide de Québec, l’ancien patron de Taxi Coop 5191 s’est adressé directement aux chauffeurs pour leur dire de ne pas hésiter à aller « trouver de l’aide » s’ils en sentent le besoin.

À ses côtés, Lynda Poirier, directrice du centre, a dit espérer que cette situation « particulière » incitera plus de personnes à parler de leurs idées noires, et plus de proches à s’en préoccuper.

Elle exhorte aussi le public à ne pas partager les images troublantes sur les réseaux sociaux.

Moyens de pression suspendus

L’industrie du taxi a suspendu ses moyens de pression « jusqu’à nouvel ordre ».

Vendredi, elle cherchait d’autres façons de sensibiliser ses membres à la problématique du suicide, par exemple en envoyant des messages sur les tablettes des chauffeurs, directement dans leur voiture.

Rappelons que les chauffeurs de taxi ont entamé des moyens de pression lundi dernier après la présentation le 20 mars du projet de loi qui ouvre la porte à des joueurs comme Uber.

Ils sont nombreux à craindre de perdre une part importante de l’investissement qu’ils ont fait dans l’achat d’un permis de taxi, alors que celui-ci ne sera plus nécessaire pour faire du transport de personnes dans le régime souhaité par le gouvernement.

Celui-ci propose en retour 500 millions $ en compensations.

Plusieurs facteurs

Pour Mme Poirier, l’insécurité économique est un facteur pouvant mener à la détresse psychologique, mais elle précise que « ce n’est pas le seul » et que le suicide est un phénomène « vraiment complexe ».

Elle n’est pas en mesure de dire si la crise du taxi a conduit à une hausse des appels à la ligne de prévention du suicide, mais reconnaît que « chaque fois qu’il y a une situation sociale qui interpelle des gens, nous recevons des appels ».

Contenu similaire