La taxe carbone entre en vigueur dans quatre provinces

La taxe carbone entre en vigueur dans quatre provinces aujourd’hui, et déjà, le prix de l’essence à la pompe a grimpé en Ontario, au Nouveau-Brunswick, au Manitoba et en Saskatchewan. Ce matin, les automobilistes doivent s’attendre à payer environ 4,40 cents de plus le litre dans les stations-service avec l’entrée en vigueur de la taxe fédérale de tarification des émissions de gaz à effet de serre (GES).

En plus de l’essence, la taxe carbone doit s’appliquer au gaz naturel, au propane, au butane et au carburant utilisé pour les avions. Au Québec, il y a une exemption en raison d’un marché du carbone versé dans le Fonds vert, qui finance des initiatives de lutte et d’adaptation aux changements climatiques.

Pour les provinces touchées, la taxe carbone est de 20 $ par tonne de GES pour 2019. Elle est appelée à augmenter de 10 $ par année pour atteindre 50 $ la tonne en 2022, soit environ 12 cents par litre d’essence. Le gouvernement fédéral a déjà indiqué qu’il espère réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada de 50 à 60  millions de tonnes d’ici quatre ans.

En Saskatchewan, où une manifestation contre la taxe carbone est prévue jeudi, le premier ministre Scott Moe a annoncé à Radio-Canada son intention d’y participer. Les manifestants veulent se faire entendre sur les impacts économiques de la taxe carbone et la construction d’oléoducs.

Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement provincial craint que la taxe affecte les populations rurales, où le transport en commun est peu développé. En Ontario, le premier ministre

a déjà affirmé que la tarification « risque de provoquer une récession ». Il entend continuer de s’y opposer fermement.

Enfin, du côté du Manitoba, le gouvernement a déjà indiqué son intention de mettre en place son propre plan de tarification, mais à un taux plus bas que celui imposé par le fédéral.

À Ottawa, le gouvernement de Justin Trudeau, a affirmé cet automne que l’impact sur l’économie sera presque nul. L’économie canadienne va croître de près de 1,7 % en 2022, selon le fédéral, contre une croissance attendue de 1,8 % si une telle taxe n’avait pas été imposée.

Mais, surtout, le gouvernement a répété qu’il remet à la population, au moyen de remboursements d’impôt, toutes les recettes qui seront tirées de la taxe carbone. « La plupart des ménages recevront une plus grande somme que ce qu’elles payeront dans le cadre de ce système », a déjà déclaré hier Justin Trudeau aux médias.

En général, le fédéral s’attend à ce que la tarification du carbone coûte environ 560 $ à une famille ontarienne moyenne en 2022. Cette même famille recevra cependant près de 700 $ du fédéral, une somme présentée par le gouvernement comme un « incitatif à agir pour le climat ».

Contenu similaire