L’aéroport de Trois-Rivières, un refuge pour des Boeing 737 MAX d’Air Canada

TROIS-RIVIÈRES | Trois-Rivières offre un refuge à une partie de la flotte de Boeing 737 MAX d’Air Canada. Cinq appareils devaient y avoir été transférés en soirée, vendredi.

Les deux premiers appareils désormais bannis des airs en Amérique du Nord et un peu partout dans le monde ont atterri sans encombre en milieu de journée, en provenance de Toronto. Ils ont été temporairement stationnés sur une voie de roulement.

Même si ces appareils sont interdits de vol, tout indique qu’ils ont obtenu l’autorisation de Transports Canada de prendre les airs, mais sans passagers à bord, pour rallier un aéroport d’hébergement.

«On va demander (en pareille situation) à l’aviation civile de Transports Canada de donner une dérogation sur un trajet précis avec des conditions très précises, avec toutes ces conditions comme le moment du départ, le trajet et qui va le piloter», a expliqué à TVA Nouvelles Mehran Ebrahimi, spécialiste des questions aéronautiques.

L’arrivée de ces appareils a forcé l’aéroport de Trois-Rivières à prendre rapidement des dispositions pour les accueillir.

«On a mis en place un plan de contingence. On va leur libérer de l’espace sur nos aires asphaltées pour qu’ils puissent entreposer, le temps dont ils auront besoin, leurs avions à Trois-Rivières», a indiqué Pierre-Luc Clément, directeur de l’aéroport trifluvien.

À Trois-Rivières, les 737 MAX seront ainsi garés à la porte de l’atelier d’entretien d’aéronefs AAR, qui pourra les recevoir rapidement une fois que le problème qui touche cette famille d’appareils aura été identifié et le remède, trouvé. L’aéroport croit qu’ils séjourneront dans ses espaces au moins trois semaines.

Contenu similaire