Le croquis troublant d’une fillette de 7 ans

La mère d’une fillette a fait une découverte bouleversante et a voulu alerter d’autres parents, par Facebook, en publiant un croquis fait par son enfant qui vivait de la détresse depuis plusieurs semaines en raison de jeux en ligne.

• À lire aussi: Des vidéos montrant aux enfants comment se suicider sur YouTube 

La publication de Meridy Leeper, montrant le dessin très troublant de sa fille, a été partagée plus de 367 000 fois sur Facebook, et plus de 105 000 commentaires ont été rédigés sous la publication.   

Le dessin troublant montre un enfant avec une corde autour du cou. 

Capture d’écran | Facebook

Selon les propos de la mère rapportés par le Manchester Evening News, des usagers de plateformes de jeux en ligne auraient invité la fillette à se suicider. 

Non seulement la poussait-on à se donner la mort, mais des usagers seraient allés jusqu’à lui montrer comment faire. 

L’enfant a fait une crise d’angoisse après des échanges sur la plateforme, et c’est le lendemain, à l’école, qu’elle aurait fait le croquis. 

Voici le message de Meridy Leeper

«C’est une chose exceptionnellement difficile à publier, pour moi. J’ai longuement réfléchi à cela. J’ai décidé que c’était trop important pour ne pas sensibiliser les autres parents. Je veux seulement que tous les parents sachent quoi surveiller…

«Kids YouTube, Roblox, Fortnite… Peu importe à quel point vous pensez surveiller votre enfant ou les notifications, ça n’a pas d’importance. On a appris à mon enfant de 7 ans à se suicider sur YouTube Kids et sur ces jeux. Elle a expliqué qu’elle ne se sent pas négligée ou mal-aimée. Au lieu de cela, elle a constamment été invitée à “se suicider” par d’autres joueurs, par YouTube Kids. 

«Dimanche soir, elle a eu une crise d’angoisse totale. Je la tenais et je chantais pendant qu’elle passait au travers. Lundi, elle a dessiné cela à l’école. 

«C’est un danger bien réel! Je n’ai JAMAIS pensé que je me retrouverais en train d’aider mon enfant de 7 ans à traverser une crise d’anxiété. S’IL VOUS PLAÎT, gardez vos enfants loin de ces choses. Je suis tellement heureuse que mon enfant ait pu exprimer ses sentiments avant d’avoir essayé de se faire du mal. Je n’avais jamais pensé que quelque chose d’aussi “innocent” que YouTube Kids aurait ces messages subliminaux. Encore une fois, je ne fais que partager notre expérience dans l’espoir d’empêcher qu’un autre enfant vive cela.» 

Deux semaines plus tard 

Meridy Leeper, depuis, ne laisse plus sa fillette accéder aux jeux électroniques ou aux écrans. Elle a indiqué dans une publication récente que sa petite se portait beaucoup mieux. 

«Presque deux semaines sans électronique et j’ai vu la différence. Ç’a été difficile de travailler sur le détachement. J’ai également réduit ma consommation d’écran. Elle va mieux à l’école et elle est plus heureuse.» 

Capture d’écran | Facebook

Elle a également remercié tous ceux qui avaient démontré de l’empathie face à son histoire. 

Une autre maman dénonce 

Une autre mère de famille, Free Hess, a également découvert en juillet dernier que des vidéos incitant au suicide et montrant même la marche à suivre se trouvaient sur YouTube Kids. 

Mme Hess a réussi à faire retirer certaines vidéos, mais d’autres sont apparues depuis. 

La dame implore Google (la compagnie mère de YouTube) d’accorder davantage de ressources pour contrer ce genre de contenus, particulièrement sur la plateforme jeunesse. 

En réponse aux demandes de Mme Hess, YouTube a indiqué dans une déclaration qu’elle travaillait à rendre les vidéos sur YouTube Kids les plus adaptées possible aux familles et que la compagnie prenait les commentaires de ses utilisateurs au sérieux. 

«Les vidéos signalées sont revues manuellement 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Toute vidéo qui n’a pas sa place sur notre application est retirée», a-t-elle rappelé. 

En attendant, Free Hess estime qu’il est également de la responsabilité du parent de vérifier les contenus consultés par son enfant sur YouTube Kids ou toute autre plateforme de divertissement en ligne. 

«Il y a une fracture entre les connaissances technologiques de l’enfant et celles de ses parents, parce que ceux-ci n’ont pas grandi dans cet environnement», affirme-t-elle. 

Elle encourage également les parents à continuer de travailler ensemble pour combattre le problème. 

Si vous avez besoin d’aide:  

Ligne québécoise de prévention du suicide  

www.aqps.info ou 1 866 APPELLE (277-3553)   

Contenu similaire