Le détecteur de monoxyde de carbone à l’école des Découvreurs ne fonctionnait pas correctement

Un détecteur de monoxyde de carbone était en place à l’école des Découvreurs, où des dizaines de personnes ont été intoxiquées en janvier dernier, mais celui-ci n’était pas fonctionnel, a reconnu la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Dans une lettre envoyée aux membres du personnel et aux parents, la Commission scolaire assure qu’il y avait un détecteur, ce qui a été confirmé par une enquête menée par une firme indépendante.

«Cette inspection nous a permis de confirmer qu’il y avait bel et bien un détecteur installé dans la salle mécanique de l’école des Découvreurs. Il s’agissait d’un détecteur deux stations, c’est-à-dire qu’il pouvait détecter à la fois deux types de gaz, dont le monoxyde de carbone», peut-on lire.

Toutefois, il semble que ce dispositif de sécurité ait échoué à détecter la présence du dangereux gaz. «Des vérifications supplémentaires ont été nécessaires et celles-ci ont révélé, dans les semaines suivantes, que l’absence d’une sonde pouvant détecter le monoxyde de carbone était en cause», explique-t-on dans la lettre.

Pour ce qui est des causes de l’incident du 14 janvier dernier où 43 personnes avaient été intoxiquées au monoxyde de carbone, l’hypothèse est toujours la rupture d’un joint du système de chauffage.

La Commission scolaire assure avoir mis en place plusieurs actions dans tous ses établissements, notamment l’installation de deux détecteurs de monoxyde de carbone.

Contenu similaire