Le maire Régis Labeaume s’absentera pour «plusieurs semaines»

C’était lundi le dernier conseil municipal de Régis Labeaume pour «plusieurs semaines». Il s’absentera pour des traitements, lui qui lutte contre un cancer de la prostate.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a annoncé à quelques heures du conseil municipal de lundi, qu’il devra quitter l’hôtel de ville pendant plusieurs semaines. Il ne sait pas s’il sera de retour avant les vacances. «J’aimerais ça le savoir, mais je ne peux pas vous le dire.»

Scintigraphie osseuse

Lundi, lors d’un échange avec le chef de l’opposition, le maire a même révélé qu’il a subi jeudi dernier un examen de scintigraphie osseuse. Cet examen d’imagerie en médecine nucléaire permet de savoir si le cancer s’est propagé et a créé des métastases aux os.

Selon la Société canadienne du cancer, «on n’a habituellement pas recours à la scintigraphie osseuse pour une petite tumeur, puisqu’il est peu probable que le cancer se soit propagé dans les os.» Il n’a pas été possible de savoir si le maire a obtenu les résultats à cet examen.

À part cette information, M. Labeaume n’a voulu donner aucun détail sur son état de santé. «Je préfère garder ça pour moi. Je suis parti pour une traite.»

Le maire a malgré tout trouvé le moyen de blaguer devant les journalistes. «Je me demande comment je vais faire pour m’ennuyer de vous», a-t-il ironisé, sourire en coin.

Le maire au bout du fil

M. Labeaume a assuré qu’il n’y aura pas de vacance du pouvoir. Les dossiers continueront d’être travaillés par leurs porteurs respectifs. 

Michelle Morin Doyle, mairesse suppléante, va représenter le maire dans ses activités publiques. Les vice-présidents du comité exécutif s’assureront de coordonner avec elle les décisions. Mais le maire restera toujours au bout du fil.

«Tout va fonctionner», a indiqué le maire. Mme Morin Doyle «doit en faire plus. Mes collègues doivent en faire plus. Je ne serai pas impotent longtemps. On va se parler et il n’y a pas d’inquiétudes. On connaît notre façon de travailler, on connaît nos alignements. Moi, je vais être au bout du téléphone. Je garde mes fonctions. À moins que ça aille bien mal, il n’y a pas de changement et je vais demeurer maire de Québec. Je vais être couché au lieu d’être debout.»

Il a cependant décidé d’écouter ses médecins, lui qui avait d’abord affirmé qu’il défierait leur recommandation de prendre le temps qu’il faut pour sa convalescence. «Je pense que je vais essayer de ne pas la rater parce que ce ne serait pas une bonne idée. C’est ça que j’ai fini par comprendre.»

Les groupes d’opposition ont réagi à la nouvelle annoncée par le maire. «On lui souhaite la meilleure des chances. On est derrière lui et on lui souhaite de gagner cette bataille-là. On est convaincus qu’il va la gagner», a exprimé le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin.

«Le cancer, ce n’est pas uniquement l’individu qui vit cette maladie, c’est tout son entourage, tous les gens qui sont proches de lui. Je lui souhaite qu’il prenne le temps de vaincre cette maladie», a réagi le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, qui lui a souhaité «bonne chance».

Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée

Contenu similaire