Le plus beau costume de 2018, c’est le sien!

Ce robot de trois mètres de hauteur et de 150 kg va se promener dans les rues de Lorraine ce soir.

Alexandre Toulouse prend de 15 à 20 minutes pour enfiler son costume de robot avec l’aide de ses parents.

Photo Martin Chevalier

Alexandre Toulouse prend de 15 à 20 minutes pour enfiler son costume de robot avec l’aide de ses parents.

« Je ne passe plus l’Halloween pour les bonbons, je le fais maintenant pour faire peur aux adultes. Plus c’est gros, plus ça impressionne », sourit Alexandre Toulouse, un passionné de mécanique et de robotique de 18 ans qui a fabriqué le costume avec son père.

Après avoir préparé des plans, l’étudiant en arts visuels au cégep Lionel-Groulx a consacré pratiquement toutes ses soirées et ses dimanches depuis juillet à sa fabrication.

« On n’a pas le chiffre exact du nombre d’heures que mon père et moi on a passé là-dessus, mais c’est certainement trop », lance-t-il en riant.

Le robot est fait de tuyaux ABS et de différents morceaux de scooter qu’il a découpés et fixés ensemble. Des lampes de poche forment les yeux du personnage.

Tuyaux et bottes de ski

 Son déguisement de 150 kg est si lourd qu’il a besoin d’un système de poulies au plafond pendant qu’il le met.

Photo Martin Chevalier

Son déguisement de 150 kg est si lourd qu’il a besoin d’un système de poulies au plafond pendant qu’il le met.

À l’intérieur du déguisement, M. Toulouse chausse des bottes de ski montées sur des échasses. Il porte aussi un casque de hockey relié par un tuyau à la tête du robot, ce qui lui permet de bouger la tête du personnage en même temps que la sienne.

Il déplace aussi les avant-bras, les mains et les doigts. À l’aide de son pouce, il contrôle le pointeur laser du front du personnage. Un petit haut-parleur émettant des bruits de robot est également intégré au costume.

L’idée de confectionner ce costume mijote dans la tête du jeune homme depuis deux ans.

« Pour un cours au secondaire, j’avais démonté un scooter pour en faire une voiture. Je cherchais quoi faire avec les restes de carrosserie que je n’avais pas utilisés. On a décidé de les prendre pour le robot », mentionne celui qui souhaite devenir designer automobile.

Photo Martin Chevalier

C’est en voyant un épisode de la populaire série américaine MythBusters, qui démystifie des idées reçues de la vie quotidienne ou du cinéma, qu’Alexandre Toulouse a eu l’idée de fabriquer le déguisement.

« On s’est dit que nous aussi on devrait faire un robot, un encore plus gros et plus haut qu’eux. Selon moi, on a réussi », se réjouit-il.

Contenu similaire