Le projet Maestria s’apprête à franchir une nouvelle étape

Les élus de Ville-Marie s’apprêtent à donner le feu vert à la construction de deux tours d’une cinquantaine d’étages sur l’emplacement de l’ancien Spectrum, dans le Quartier des spectacles. Même s’il approuve le projet, le comité consultatif d’urbanisme (CCU) invite les promoteurs à y intégrer des logements sociaux.

Quand, en novembre dernier, Devimco Immobilier et le Fonds immobilier de solidarité FTQ avaient dévoilé leur projet de plus de 1500 unités, la mairesse Valérie Plante avait qualifié le dossier de « stunt publicitaire ». L’imposant projet devait être analysé par le CCU avant que la Ville puisse l’autoriser, avait-elle déclaré.

C’est maintenant chose faite. Le CCU a examiné le projet à deux reprises, en décembre et en janvier. Dans un premier temps, le CCU, qui réunit des élus et des professionnels en architecture et en urbanisme, a demandé quelques modifications volumétriques pour la tour nord ainsi que des ajustements de nature architecturale. Les promoteurs se sont pliés à plusieurs exigences et le CCU a remis un avis favorable au projet en janvier. Mardi soir, ce sera au tour du conseil d’arrondissement de se prononcer sur le dossier.

Le CCU a toutefois recommandé aux promoteurs de réfléchir à l’intégration de logements sociaux. Une part de 15 % de logements abordables est prévue dans les immeubles, mais pas de logements sociaux, car le projet n’est pas assujetti aux règles d’inclusion en vigueur.

Lundi, les promoteurs n’ont pas voulu émettre de commentaires.

À l’ombre des tours

Le terrain sur lequel s’érigeront les deux tours de 51 et de 53 étages est vacant depuis la démolition du Spectrum il y a plus de 10 ans.

Le Fonds immobilier de solidarité FTQ, qui a acheté le terrain en 2011, s’est associé à Devimco Immobilier et à la firme d’architectes Lemay pour proposer Maestria, dont les deux tours qui dépasseront en hauteur les autres constructions du secteur, dont le Complexe Desjardins (41 étages) et l’hôtel AC Marriott (37 étages).

Sur les rues De Bleury et Sainte-Catherine, les rez-de-chaussée seront occupés par des commerces. Des 1636 logements des deux tours, 700 seront mis en location. Au 25e étage, une passerelle reliera les deux immeubles.

L’arrondissement estime que le projet Maestria comporte des avantages par rapport à celui qui avait été autorisé auparavant. « Les volumes ayant front sur la rue Sainte-Catherine offrent une occasion idéale de retisser la trame urbaine », note-t-on dans les documents rendus publics lundi.

Malgré la taille des tours, l’arrondissement souligne que les critères généraux d’ensoleillement sont respectés. « L’impact sur la place des Festivals est concentré le matin », précise-t-on.

Déficit en logements sociaux

Coordonnateur au Comité logement Ville-Marie, Éric Michaud déplore que la Ville n’ait pas exigé des promoteurs de Maestria la construction de logements sociaux. Entre 2005 — année de l’entrée en vigueur de la politique d’inclusion de la Ville — et 2017, seulement 942 des 24 754 logements mis en chantier dans Ville-Marie étaient des logements sociaux, soit 3,8 %, souligne-t-il.

Ailleurs à Montréal, la proportion de logements sociaux construits a atteint 14,3 %. « Le centre-ville est devenu le terrain de jeu des promoteurs », juge M. Michaud. « Il faut trouver des solutions pour que des logements sociaux y soient réalisés. Ça fait 15 ans qu’on soulève ce problème. »

La Ville travaille sur un nouveau projet de règlement sur l’inclusion, mais d’ici son adoption, des projets comme celui du Maestria n’y seront pas assujettis, conclut-il. Estimé à 700 millions, le projet Maestria fera l’objet d’une consultation publique avant d’aller de l’avant.

Contenu similaire