Le REM saura affronter l’hiver québécois, promet CDPQ Infra

Près d’un an après le début des travaux du Réseau express métropolitain (REM), le promoteur du projet, CDPQ Infra, ouvre son jeu en dévoilant notamment l’architecture des futures stations ainsi que le design des voitures, qui, promet-on, seront conçues pour résister aux rigueurs des hivers québécois.

Dans le cadre d’une présentation, vendredi, les responsables de la filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ont indiqué qu’une première maquette des voitures construites en Inde par Alstom devrait être reçue.

Le projet de 6,3 milliards de dollars, dont la mise en service doit débuter en 2021, comprend 26 stations.

Des critères pour faire face à l’hiver

CDPQ Infra dit avoir exigé des critères uniques dans le but de s’assurer que les caprices de dame nature ne puissent ralentir ou paralyser ses voitures électriques.

Ainsi, on a ajouté des exigences, comme un double vitrage, un seuil de porte et des planchers chauffants pour éviter l’accumulation de neige, un équipement de protection contre la glace, un pare-brise chauffant et un dispositif chauffant aux extrémités des rames pour faire fondre la neige ou la glace.

Une fois assemblées en Inde, les voitures subiront une phase de tests hivernaux préalable en Autriche dans une « chambre climatique » avant d’effectuer une série de tests, dès 2020, sur le terrain au Québec.

Un clin d’oeil au nouveau pont Champlain

En matière de finition, CDPQ Infra a décidé de faire un clin d’oeil au nouveau pont Champlain avec des lumières avant qui rappellent les haubans de la nouvelle structure.

Chaque rame de quatre voitures, qui sont automatisées, permettra d’accueillir 128 passagers assis. On promet un service wifi, un plancher chauffant et de la climatisation.

Les promoteurs du REM disent aussi avoir réservé quatre espaces par rame en période hors de pointe, et huit en période de pointe, aux personnes à mobilité réduite. On a également ajouté des espaces pour des poussettes, des vélos ainsi que des voyageurs avec bagages.

Au sol, sous terre, dans les airs

Quant aux 26 stations, elles seront toutes fermées. La brique, le bois et le verre seront mis en valeur et les stations devraient être transparentes pour avoir la notion « de voir et d’être vu », ont expliqué les responsables de CDPQ Infra.

On s’éloignera également des stations plus traditionnelles des trains de banlieue avec des quais beaucoup plus compacts.

Contenu similaire