Les Québécois outillés pour faire une transition vers le véganisme

L’Expo Manger Santé et Vivre Vert a attiré des milliers de personnes samedi au Palais des congrès de Montréal, dont plusieurs adeptes du véganisme et des curieux intéressés à laisser tomber la viande.

Le véganisme est de plus en plus populaire et ne se limite plus à la question du bien-être animal, mais rejoint également les écologistes, selon la fondatrice de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert, Renée Frappier. Ce salon n’est pas exclusivement végane, mais la grande majorité des exposants le sont.

Le véganisme consiste à se nourrir que de végétaux et à ne pas consommer ce qui provient des animaux ou de leur exploitation. Par exemple, la chair animale, mais aussi le lait, le miel et les souliers en cuir sont bannis.

« Il y a de multiples facteurs qui font en sorte qu’on veut manger de plus en plus de protéines végétales. D’ailleurs, le nouveau Guide alimentaire canadien le met de l’avant », a dit Renée Frappier, au salon.

Suivre ce nouveau guide permettrait par ailleurs d’économiser 700 $ par année pour une famille de quatre, selon une étude publiée cette semaine et menée conjointement par des chercheurs de l’Université Dalhousie, à Halifax, et de l’Université Guelph, en Ontario.

Programmes

Des entreprises et des organismes travaillent maintenant à accompagner les Québécois intéressés par une transition alimentaire.

La Clinique Renversante d’Anne-Marie Roy à Montréal propose un programme de 12 semaines, avec des cours de nutrition et de cuisine végétale.

« Les jeunes qui se préoccupent de l’environnement veulent aller vers une alimentation végétale, mais je veux qu’ils le fassent correctement parce qu’ils ne l’apprennent pas à l’école », a-t-elle dit.

L’Académie végétale à Montréal offre également des cours de cuisine sans produits issus des animaux, en classe ou en ligne. La présidente et fondatrice de l’entreprise, Laura Belfadla, priorise une approche souple et souhaite d’abord élargir les horizons des participants.

« L’idée, ce n’est pas que tout le monde devienne végane, mais que tout le monde mange des légumes », a-t-elle dit.

L’Association végétarienne de Montréal travaille actuellement à un programme de transition pour ceux qui voudraient bannir les produits animaux. Ce programme sera possiblement présenté sur 30 jours et proposera des recettes, des informations sur la nutrition ainsi que des conseils. Il devrait être lancé d’ici septembre et disponible gratuitement en ligne, selon le vice-président de l’organisme, Maxime Philippon.

Contenu similaire