L’industrie du taxi suspend ses moyens de pression

«Les chauffeurs sont en détresse. Ça pleure. Le gouvernement n’a pas l’air de réaliser que son projet de loi affecte profondément les familles et nous pousse à la faillite. Il faut qu’il calme le jeu», lance le chauffeur de taxi Hicham Berouel, qui était présent dans les studios de LCN à Québec lors de l’incident.  

Tout s’est passé rapidement, peu avant 7 h. À la toute fin d’une entrevue avec l’animateur Jean-François Guérin, le chauffeur de taxi Martin Leblond a sorti une lame et s’est tailladé le poignet gauche devant la caméra.

« Je n’ai absolument rien à perdre. M. Legault n’a pas de coeur, il m’a enlevé mon coeur », a lancé le chauffeur.

Presque immédiatement, M. Berouel, qui l’accompagnait pour l’entrevue, s’est jeté sur lui pour lui venir en aide.

« Sa vie n’est pas en danger, mais il s’est blessé solidement, affirme M. Berouel, encore sous le choc au bout du fil. C’est une situation très difficile ».

Plusieurs représentants de l’industrie du taxi tiendront une conférence de presse ce matin devant le Centre de prévention du suicide de Québec pour faire le point. « On suspend les moyens de pression. On doit réfléchir à ce qu’on va faire et arrêter de se garrocher partout. La détresse des chauffeurs est immense. Il faut gérer ce problème comme des adultes », a affirmé le porte-parole Félix Tremblay.  

Propriétaire d’une vingtaine de permis de taxi, Martin Leblond est un des chauffeurs de taxi les plus critiques du projet de loi 17, qui ouvre la porte aux entreprises comme Uber en abolissant les permis de taxi obligatoires.

« Martin risque de perdre deux millions de dollars. Il dit que la caisse [auprès de laquelle il a contracté des hypothèques pour payer ses licences] a déjà gelé 300 000 $ dans son compte », dit M. Berouel.

« Il a investi énormément d’argent. Il fait lui-même ses entretiens sur ses voitures. C’est un homme qui travaille comme un fou depuis 17 ans dans cette industrie. »

M. Berouel accompagnait M. Leblond à LCN pour l’aider à faire cette entrevue. « C’était sa première fois en studio. Il était nerveux et demandait au caméraman comment il devait se placer, mais rien n’indiquait qu’il allait poser ce geste. Il était très calme », assure-t-il.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a émis un communiqué pour réagir à l’événement.

« Je suis sincèrement bouleversé par ce qui s’est produit ce matin. Je suis également touché par les témoignages et les situations humaines rapportées dans les médias. Tous les jours, je réitère l’importance de privilégier un dialogue ouvert afin d’assurer une transition harmonieuse et de pérenniser l’industrie traditionnelle du taxi. Des discussions ont toujours cours entre vos représentants et le gouvernement du Québec, et se poursuivront dans les prochaines semaines. Laissons une chance à notre dialogue de réussir. »

La mairesse Valérie Plante s’est pour sa part dite bouleversée par l’événement de ce matin. « Je souhaite qu’on s’occupe de lui, qu’il se rétablisse, a-t-elle réagi. Ça démontre que les lois, les décisions qu’on prend comme politiciens, ont des impacts sur les vies. Ce sont des humains dont il est question. »

L’élue a tenu à souligner que les chauffeurs jouent un rôle important. « Ça vient nous rappeler que les chauffeurs de taxi contribuent à l’offre de mobilité depuis des dizaines d’années. Ce sont des gens qui ont mis de leur argent pour se conformer au cadre législatif. C’est très triste ce qui s’est passé », a-t-elle dit.

Elle a réitéré être favorable à la modernisation de l’industrie du taxi, mais souhaite que celle-ci ne se fasse pas au détriment des chauffeurs.

Le gouvernement du Québec invite toute personne en situation de détresse à communiquer sans attendre avec une ligne d’écoute au 1 -866-APPELLE.

-Avec la collaboration de Pierre-André Normandin.

Contenu similaire