N.-B.: des menaces forcent la fermeture d’écoles dans la région d’Edmundston

La Presse Canadienne
Edmundston

Toutes les opérations du District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO), au Nouveau-Brunswick, sont suspendues pour toute la journée du 31 octobre, après que des appels téléphoniques faisant état de graves menaces aient été logés.

La Force policière d’Edmundston et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont déclaré qu’en fin de nuit, un homme a déclaré lors d’un appel logé à une centrale d’urgence qu’un ami de son fils projetait de se munir d’une carabine et d’aller perpétrer un massacre à l’école Cité des Jeunes A.-M.-Sormany située sur la rue Martin, à Edmundston.

À 6 h 15, heure de l’Atlantique, un autre appel anonyme laissait savoir qu’un étudiant de cette école transportait une carabine dans un étui pour guitares. Cet appel révélait l’identité de ce garçon, semble-t-il.

L’inspecteur Steve Robinson de la Force policière d’Edmundston, a indiqué qu’il était possible que les appels aient été faits de la région du Haut-Madawaska. La situation a été jugée assez grave par la police et les dirigeants scolaires pour que la décision de fermer les institutions soit prise, même si plusieurs écoliers se préparaient pour des fêtes d’Halloween.

Le DSFNO a 19 écoles francophones sous sa responsabilité. La Cité des Jeunes A.-M.-Sormany est une école secondaire qui regroupe environ 1000 élèves provenant de plusieurs secteurs du Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick, de Connors à Sainte-Anne-de-Madawaska.

L’équipe du DSFNO comprend près de 880 employés permanents, dont 411 membres du personnel enseignant, 250 membres du personnel de soutien à l’enseignement et 40 membres des directions des écoles. Le nombre d’élèves s’élève à plus de 5300.

La Force policière d’Edmundston et la GRC ont ouvert une enquête. Aucune arrestation n’avait encore été signalée à 10 h 15, heure de l’Atlantique.

Contenu similaire