Nouvelle-Zélande: Alexandre Bissonnette se dit «troublé»

Le tueur de la mosquée de Québec Alexandre Bissonnette s’est dit « troublé » du fait que son nom ait été associé à l’attaque meurtrière survenue en Nouvelle-Zélande.

« Alexandre Bissonnette est très affecté par cet événement et est particulièrement troublé du fait que son nom est associé à cette attaque », ont fait savoir ses avocats Me Charles-Olivier Gosselin et Me Jean-Claude Gingras dans un communiqué.

« M. Bissonnette ne cherche en aucun temps à être imité ni à servir de modèle à quiconque voudrait perpétrer un acte de violence ou voudrait suivre ses traces. »

Les avocats écrivent qu’Alexandre Bissonnette « regrette profondément les actes qu’il a commis et souhaite que toute personne vivant des problèmes ou des difficultés en parle et aille chercher de l’aide, chose qu’il n’a pas réussi à faire adéquatement. Rien ne justifie de commettre de tels actes de violence envers autrui. »

Les images de la tuerie de Christchurch, qui a fait 49 victimes au sein de la communauté musulmane, ont montré que le tueur avait inscrit plusieurs noms sur son arme, dont celui d’Alexandre Bissonnette.

Condamné à la prison à perpétuité pour avoir tué six personnes et blessé cinq autres gravement lors de l’attentant commis le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette fait présentement des démarches d’appel dans son dossier.

Ces démarches « visent un débat juridique et non à minimiser d’une quelconque manière la gravité des gestes qu’il a commis », notent ses avocats.

Contenu similaire