[PHOTOS] Traverse de Matane: Une autre tuile pour la STQ

Décidément, le malheur s’acharne sur la Société des traversiers du Québec (STQ) : le NM Saaremaa, identifié comme navire potentiel pour prendre la relève du NM F.-A. Gauthier, est entré en collision avec un autre navire, mercredi.

Le NM Saaremaa, un traversier norvégien construit en 2010, a subi des dommages mineurs lors d’une collision avec un autre navire, en Allemagne.

Selon une source gouvernementale, le traversier avait récemment quitté le port de Hambourg, où il était amarré depuis plusieurs mois, afin d’effectuer des tests en mer à partir du port de Cuxhaven, où il est retourné depuis l’incident.

« Le courant était fort et c’était la première fois que ce capitaine opérait le bateau », a expliqué à TVA Nouvelles Melanie Fischer, une agente maritime du NM Saaremaa.

Le NM Saaremaa a subi des dommages après être entré en collision avec un autre navire, le Curaçao Pearl, mercredi. Le traversier, qui effectuait des tests en mer, devait bientôt quitter l’Allemagne pour le Canada.

Photo courtoisie, Shipspotting Canada

Selon elle, les dommages devraient nécessiter au plus deux jours de travail.

La police s’est rendue à bord mercredi afin de produire un rapport. Mme Fischer a également confié à TVA Nouvelles que le navire devait partir pour le Canada, mais elle ne pouvait confirmer le moment.

Le NM Saaremaa a subi des dommages après être entré en collision avec un autre navire, le Curaçao Pearl, mercredi. Le traversier, qui effectuait des tests en mer, devait bientôt quitter l’Allemagne pour le Canada.

Photo courtoisie

Le NM Saaremaa a subi des dommages après être entré en collision avec un autre navire, le Curaçao Pearl, mercredi. Le traversier, qui effectuait des tests en mer, devait bientôt quitter l’Allemagne pour le Canada.

Photo courtoisie

Négociations en cours

Même si c’est un secret de Polichinelle que des négociations intensives ont lieu en vue de l’acquisition de ce navire, la STQ n’a pas voulu commenter l’événement.

« La STQ ne commentera pas un incident impliquant un navire qui ne lui appartient pas », a déclaré le porte-parole de la société d’État, Alexandre Lavoie.

La semaine dernière, le ministre des Transports, François Bonnardel, n’a pas cherché à cacher que c’est bel et bien ce navire qui est dans la mire, lorsqu’il a été questionné à ce sujet dans les corridors de l’Assemblée nationale.

« On y travaille, le Saaremaa. On va avoir des bonnes nouvelles bientôt », a lancé M. Bonnardel aux journalistes, mercredi dernier.

Le NM Saaremaa a subi des dommages après être entré en collision avec un autre navire, le Curaçao Pearl, mercredi. Le traversier, qui effectuait des tests en mer, devait bientôt quitter l’Allemagne pour le Canada.

Photo courtoisie

Série noire

L’incident qui vient de se produire avec le NM Saaremaa n’est pas sans rappeler les deux collisions impliquant le NM Apollo survenues au cours des dernières semaines.

Ce dernier devait assurer le service entre Matane–Baie-Comeau et Godbout en attendant l’achat d’un navire de relève, soit le NM Saaremaa. Il a finalement été envoyé à la casse après ses mésaventures sur le Saint-Laurent.

Paradoxalement, pour mettre la main sur le NM Apollo en janvier dernier, la STQ a payé (2,1 M$) à Labrador Marine, l’équivalent de ce qu’il devrait en coûter pour l’envoyer à la casse. Et c’est sans compter la somme de 1,4 M$ déboursée par la STQ pour améliorer le NM Apollo à son arrivée à Matane.

– Avec Vanessa Limoges, TVA Nouvelles

 

Le Saaremaa, un bon achat ?

  • Le NM Saaremaa a été construit en 2010, au chantier naval Fiskerstrand Verft AS, en Norvège.
  • Il porte le nom d’une île estonienne, où il a servi pendant plusieurs années.
  • Il s’agit d’un navire identique au NM Qajaq W (ex-Grete), qui relie St. Barbe (Terre-Neuve) à Blanc-Sablon (Québec) depuis la mi-janvier.
  • Le NM Qajaq W (« kayak » en inuktitut) a pris la relève du NM Apollo en janvier dernier entre St. Barbe et Blanc-Sablon (distance : 36 km).
  • Acheté au coût de 2,1 M$ par la Société des traversiers du Québec pour dépanner à Matane, l’Apollo a été mis hors service après deux collisions avec les quais. Il sera envoyé à la casse.
  • La capacité du Qajaq W est de 300 passagers, 120 véhicules.
  • Depuis la mise en service du Qajaq W pour St. Barbe–Blanc-Sablon, plusieurs traversées ont été annulées, parfois pendant une semaine, notamment en raison de la condition des glaces.
  • Au début de la semaine, le Qajaq W est resté pris dans les glaces, forçant ses passagers à passer une froide nuit à bord.
  • Le maire de L’Anse-au-Loup, Trent O’Brien, a déclaré mercredi au journal The Northen Pen que le Qajaq n’est pas approprié pour le détroit de Belle Isle.

Contenu similaire