Projet de loi sur la laïcité : «Venez à Calgary», dit le maire de Calgary aux investisseurs inquiets

Jugeant « inacceptable » le projet de loi sur la laïcité du gouvernement Legault, le maire de Calgary, Naheed Nenshi, invite les investisseurs inquiets à venir s’établir en Alberta plutôt qu’au Québec.  

«Si vous êtes un producteur hollywoodien en train de filmer au Québec et que vous êtes inquiets à propos de votre équipe et pour le talent que vous faites venir ; si vous êtes une entreprise de technologie en démarrage qui veut attirer des gens de partout dans le monde et les meilleurs talents : venez à Calgary. Vous êtes les bienvenus ici», a déclaré le maire Nenshi lundi midi, en réaction au projet de loi 21 déposé la semaine dernière par le ministre Simon Jolin-Barrette. 

Dans une vidéo relayée sur Twitter par Radio-Canada, Naheed Nenshi qualifie d’«inacceptable» la pièce législative qui interdira aux agents de l’État en position de coercition, ainsi qu’aux enseignantes, de porter un signe religieux. 

«Ici, nous ne nous soucions pas de ce qui est sur votre tête, nous nous soucions de ce qui est dans votre tête, a-t-il ajouté. Je pense que c’est un message que nous devons faire résonner et peut-être que ce message va se rendre à ces politiciens là-bas.» 

L’Alberta et le gouvernement Legault n’en sont pas à leurs premières frictions. En décembre dernier, le premier ministre François Legault avait qualifié le pétrole albertain d’«énergie sale». Le maire Nenshi avait ensuite participé à une manifestation propipeline, où il avait été hué après avoir voulu prendre la parole en français. 

Comme au Nouveau-Brunswick 

Les propos du maire Nenshi font écho à un tweet envoyé par le maire d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick, vendredi dernier. «Au Nouveau-Brunswick, nous avons besoin d’enseignantes et d’enseignants, de policiers et policières, etc. francophones entre autres, a écrit le maire, Cyrille Simard. Si le #Québec ne veut pas de ceux et celles qui portent des « signes » religieux, venez chez nous… on a de la place et on est accueillants.»  

En réponse à un internaute qui lui demandait si le Nouveau-Brunswick cherchait des psychologues, M. Simard a répondu: «Tous les domaines cherchent des gens».    

Toujours sur Twitter, le maire Simard a également souligné que le Nouveau-Brunswick est une province officiellement bilingue.    

Soulignons qu’Edmundston est située à quelques kilomètres à peine de la frontière avec le Québec. 

Avec l’Agence QMI

Contenu similaire