Racistes ou pas, ici chez nous?

Et voilà que ça reprend en foire d’empoigne, à pleines pancartes et tribunes. «Raciste systémique » d’un bord, « accueillant comme tout » de l’autre. Entre les deux portraits-robots du Québécois, peu de nuances, là où chacun devrait en brosser.

La manifestation contre le racisme systémique dimanche dernier à Montréal s’en prenait aux politiques de la CAQ et à son projet de loi sur la neutralité de l’État et le port des signes religieux. Les récentes déclarations du premier ministre François Legault sur la nécessité de protéger l’identité et les valeurs québécoises n’ont rien fait pour les rassurer. Fallait- il jeter de l’huile sur le feu ? Va-t-il trop loin ou pas assez, ce projet de loi ? La zone est inflammable.

Le mot « systémique » effraie, apparemment porteur de griffes et de cornes. Il ne signifie pourtant pas que tout le monde est raciste au Québec, mais qu’un système dans son ensemble, issu des tréfonds de la psyché collective, vient le nourrir.

Chaque société puise dans son passé et ses traumatismes pour mettre le racisme à sa main. La France se voit hantée par ses anciennes colonies, son passé esclavagiste aux Antilles ou ailleurs, les attentats djihadistes du XXIe siècle et les théories sur le grand remplacement d’une culture par une autre (musulmane avant tout) qui font peur au monde. Aux États-Unis, où l’esclavage des Noirs fut féroce et le génocide des Autochtones institutionnalisé, où le 11-Septembre c’était hier et où Donald Trump attise les braises de l’intolérance, la table est mise pour tous les affrontements réglés à coups de feu.

Le Québec, petit îlot francophone en Amérique, craint avec raison de perdre son identité et sa langue. Sauf qu’il existe des corollaires à cette peur. Non, on n’est pas tous racistes, et loin de là, mais les effets pervers naissent parfois de crispations identitaires. Autant les définir.

Que l’étranger, le basané puissent constituer aux yeux de plusieurs francophones de souche une menace se conçoit sans peine. Ce n’est pas pour renfoncer le clou de la déclaration sur le vote ethnique de Jacques Parizeau après le second référendum. Reste que bien des souverainistes craignent les vagues d’immigration susceptibles de détruire à jamais leur rêve d’indépendance, option rejetée majoritairement par les autres groupes culturels d’une fois à l’autre.

Sans s’autoflageller devant les églises, les synagogues, les mosquées et à la porte des réserves autochtones où la population est marquée au fer rouge, il y a moyen de se dire: danger sur le flanc de la discrimination! Restons vigilants. Les Alexandre Bissonnette se nourrissent de l’air du temps et des peurs relayées à pleins réseaux sociaux et tweets trumpiens.

Comment nous croire à l’abri du refus de l’autre ? Les univers de la politique, des médias, du spectacle lavent plus blanc que blanc à de minuscules exceptions près. Les Autochtones sont moins invisibles qu’autrefois, mais les musulmans, les femmes voilées surtout, de plus en plus diabolisés.

Il devrait être possible d’écouter les voix d’inquiétude sans grimper aux rideaux. Pensez-vous? La même guerre de tranchées déroulée à l’heure de la charte des valeurs reprend de plus belle: «Xénophobe, le Québécois moyen!» «Non, accueillant!»

Ni l’un ni l’autre, ou les deux à la fois… Généreux et méfiant tour à tour, avec ses propres démons intérieurs.

Éclairons nos lanternes. L’autre jour, je suis tombée à la librairie sur 11 brefs essais contre le racisme. Pour une lutte systémique, sous la direction d’Amel Zaazaa et Christian Nadeau, publié cette année chez Somme toute. Onze auteurs y parlent d’oppression dans des contextes divers : le syndicalisme, les milieux communautaires, le système de justice, le monde de l’éducation, etc. Les textes sont truffés d’historiques, de mises en perspectives éclairantes, avec détour par Hérouxville, la mort de Fredy Villanueva à Montréal-Nord, l’attentat à la mosquée de Québec, mais aussi la naissance de la Confédération et la Révolution tranquille.

« La dimension irrationnelle des préjugés raciaux explique aussi leur ténacité, écrit en préface l’historien éditeur Frantz Voltaire. Et les transformations économiques n’auront pas suffi à les éliminer. » Très juste ! Ça se joue au Québec comme ailleurs dans le magma d’un inconscient dont nul ne possède les clés.

On laisse le mot de la fin au militant et documentariste Will Prosper: « Les gens comprendront que ce que nous voulons, c’est surmonter le racisme, pas l’aggraver ou nous lancer dans de vaines polémiques. Nous voulons briser le système du racisme, mais pour bâtir une société égalitaire et juste pour tous. Si ce n’est pas ça un projet rassembleur, alors je me demande sérieusement ce qui peut l’être. »

Contenu similaire