Report de l’euthanasie du pitbull

L’avocate Anne-France Goldwater portera en appel la condamnation à l’euthanasie du chien agressif de type pitbull qui a fait plusieurs blessés en une seule journée, l’été dernier, dans l’arrondissement de Montréal-Nord.

« On est à préparer la déclaration d’appel pour la déposer le 1er avril », a confirmé au Journal Me Goldwater, mercredi soir.

Pour cette raison, la Ville de Montréal a donc suspendu l’euthanasie de l’animal.

Six victimes

Le chien, prénommé Shotta, a fait six victimes, le 18 août.

Ce jour-là, l’animal venait d’être confié à une grand-mère qui s’est avérée être une trafiquante de drogue.

Et le même jour, la chienne – un bulldog croisé avec 20 % d’ADN de pitbull – s’en est pris à quatre enfants et deux adultes.

Après coup, la bête avait immédiatement été saisie et confiée à la SPCA.

Elle s’y trouve toujours, au nom de l’arrondissement.

La Cour supérieure avait décidé mardi du sort du chien dans un jugement. Celui-ci n’aurait pas de contacts humains, mais se porterait relativement bien, selon Anne-France Goldwater.

Seconde chance

L’avocate qui représente le pitbull désire toujours le confier à un refuge américain qui lui donnerait une deuxième chance.

« Je suis prudente. Je ne prendrais pas la chance de le donner à une nouvelle famille. J’aimerais bien lui trouver un refuge au Québec », dit-elle.

Avec ce cas précis, Me Goldwater tente de valider le sérieux de la loi sur la sécurité des animaux.

« Il faut arrêter de paranoïer et de vouloir tuer les animaux », a conclu l’avocate.

L’ancienne propriétaire du chien, Christa Frineau, s’oppose à la mise à mort de l’animal. Elle s’est réjouie mercredi, en entretien avec Le Journal, qu’il y ait toujours de l’espoir pour Shotta.

La SPCA a réclamé un « dénouement rapide » dans cette histoire.

– Avec la collaboration de Michaël Nguyen

Contenu similaire