Signes religieux: volte-face à Québec solidaire

(QUÉBEC) Les militants de Québec solidaire ont rejeté par une écrasante majorité la position traditionnelle de leur parti sur le port de signes religieux, la recommandation du rapport Bouchard-Taylor. Ils ont voté pour s’opposer à toute interdiction, la même position que le Parti libéral du Québec.

À l’occasion du conseil national de leur parti, les quelque 300 délégués étaient appelés à reconsidérer la position sur les signes religieux. La direction de QS a donné le feu vert à la réouverture de ce débat après les élections du 1er octobre, à la suite de pressions exercées par des associations de circonscription.

Deux choix étaient offerts aux délégués : « l’option A » en faveur de la recommandation Bouchard-Taylor, celle de proscrire les signes religieux pour les agents de l’État ayant un pouvoir de coercition (policiers, gardiens de prison, procureurs de la Couronne et juges). QS défendait cette position depuis longtemps : Françoise David avait déposé un projet de loi en ce sens en 2013.

Mais une tendance claire se dessinait avant même l’assemblée plénière de samedi en faveur de « l’option B », selon laquelle « aucune règle particulière sur les signes religieux ne devrait s’appliquer à certaines professions plutôt qu’à d’autres, incluant celles qui exercent un pouvoir de coercition ».

Les délégués ont voté massivement en faveur de l’option B ce qui a déclenché un tonnerre d’applaudissements. L’assemblée plénière a été ouverte aux médias, contrairement au huis clos qui avait été voté lors du conseil national de décembre où le même sujet était sur le tapis.

Il y avait des militants en faveur d’une « option C » : interdire le port de signes religieux à tout employé de l’État en contact avec les citoyens. Ils ont accusé le parti de les avoir marginalisés, d’avoir orienté les discussions en refusant de soumettre leur option au conseil national.

La direction du parti a jugé que leur demande n’était pas recevable, en contradiction avec le programme. « On nous a nui, on ne nous a pas laissé parler trop librement », a soutenu Richard Aubert, du « collectif laïcité ». Que le parti ait accepté de présenter une candidate voilée, Eve Torres, aux élections du 1er octobre, une première au Québec, « ça me pose problème », a-t-il affirmé. « Ça me dérange qu’au niveau du Canada  un parti pour lequel je voterais au niveau du fédéral c’est un sikh qui le dirige, le NPD », a-t-il ajouté.

Contenu similaire