SNC-Lavalin: Gerald Butts remet des notes et de la correspondance

M. Butts en a fait l’annonce sur son compte Twitter. En anglais, il précise que c’est après avoir examiné le témoignage de Mme Wilson-Raybould qu’il a décidé de remettre cette documentation aux parlementaires.

Vendredi, le comité permanent de la Justice a publié un mémoire de 43 pages de Mme Wilson-Raybould comprenant des courriels et des textos ainsi qu’un extrait audio de 17 minutes d’une conversation téléphonique entre l’ancien greffier du Conseil privé, Michael Wernick et elle.

Au cours de cette conversation enregistrée secrètement par Mme Wilson-Raybould, M. Wernick lui demande à plusieurs reprises pourquoi elle n’utilisait pas toute la législation à sa disposition pour régler l’affaire SNC-Lavalin. L’ancienne procureure générale répond en disant qu’elle n’infirmera pas la décision du directeur des poursuites pénales de porter des accusations de corruption et de fraude contre SNC-Lavalin.

M. Wernick l’avertit que M. Trudeau était « assez déterminé » à ce sujet et qu’il « trouvera probablement un moyen de régler le problème d’une manière ou d’une autre ».

Lors de sa comparution devant le comité permanent de la Justice, M. Butts, qui a démissionné le mois dernier, s’était convaincu que personne au cabinet du premier ministre n’avait rien fait de mal et que Mme Wilson-Raybould ne s’était jamais plainte d’avoir subi des pressions indues.

M. Butts a soumis des nouveaux documents afin d’appuyer sa version des événements. Ces documents doivent être traduits en français et leur publication doit être approuvée par les membres du comité.

Le président du comité, le libéral Anthony Housefather a dit dimanche qu’il ne savait pas exactement comme ce processus de traduction et d’approbation allait durer, mais il a ajouté que cela nécessite environ une journée ou deux.

Selon le chef conservateur Andrew Scheer, ce geste de M. Butts démontre que le gouvernement libéral a agi trop rapidement pour mettre un terme à l’enquête du comité permanent de la Justice sur une possible ingérence du cabinet du premier ministre dans le rôle de la procureure générale.

« Sans l’ombre d’un doute, nous savons qu’il y eut un effort dans les hautes instances pour s’ingérer dans le processus, a-t-il déclaré. Aujourd’hui, nous demandons au comité permanent de l’éthique de permettre la tenue d’une enquête. »

Tollé libérale

Les libéraux ont intensifié dimanche leurs critiques contre Jody Wilson-Raybould pour avoir enregistré en secret un appel téléphonique avec le greffier du conseil privé.

La ministre du Travail, Patty Hajdu, a déclaré à la CBC qu’elle estimait que la décision de son ancienne collègue du cabinet était « contraire à l’éthique ».

Mme Hajdu a soutenu qu’elle n’avait jamais enregistré une conversation téléphonique avec un collègue et qu’elle ne le ferait jamais de manière secrète.

« C’est contraire à l’éthique. C’est déloyal, a-t-elle jugé. Si on enregistre une conversation avec un collègue, la chose éthique et responsable à faire est de prévenir son interlocuteur qu’on l’enregistre responsable. »

Contenu similaire