Sortie en règle du maire de Chambly contre l’UPAC

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, a déversé son fiel sur l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui a mené des perquisitions à l’hôtel de ville de municipalité, mercredi. 

Lors d’une entrevue avec TVA Nouvelles, M. Lavoie a reproché aux enquêteurs d’avoir privé la population de services en forçant la fermeture, notamment, de la cour municipale et d’autres services administratifs. 

«C’est de valeur, affirme-t-il. Ces gens-là, au lieu d’agir de même, ils seraient venus nous voir et on leur aurait donné un bureau et on leur aurait même payé le café.» 

M. Lavoie, qui est maire depuis 2005 et qui a fait carrière au sein de la Sûreté du Québec (SQ) comme policier, a même confié à TVA Nouvelles que l’enquête le concernait, tout en reprochant à l’UPAC d’être dans l’erreur. 

«Ce qui m’étonne, c’est surtout que je vois le peu de substance des questions qui sont posées à certaines personnes, ajoute-t-il. C’est des allégations à tour de bras. Écoute, quand on demande à quelqu’un pourquoi il y a une boule sur un véhicule officiel de la Ville, c’est que ça ne va pas bien.» 

Selon lui, des gens auraient été questionnés sur des séjours dans son supposé condo en Floride. 

«Je n’ai pas de condo en Floride, ça va-tu mal?» a dit le maire. 

Cette entrevue a été réalisée quelques instants avant l’annonce, par la ministre des Affaires municipales Andrée Laforest, que la Ville de Chambly a été mise sous tutelle.

Contenu similaire