Un nouveau «Passe-Partout» plus blanc que blanc?

Chère équipe de production de Passe-Partout,

Tout d’abord, je vous félicite pour votre travail : les images télévisuelles et les comptines de Passe-Partout sont belles et adaptées au goût du jour pour des enfants de 9 mois à 5 ans, et le rythme est bon. Belle réussite. Mais…

J’attendais avec hâte et curiosité le renouveau d’une émission-culte qui a su bercer mon enfance dans les années 1990. […] Je suis une personne très importante pour la vingtaine d’élèves qui entrent chaque jour dans ma classe. Vous l’aurez deviné : je suis enseignante. Qui plus est, je n’enseigne pas n’importe où, je le fais sur l’île de Montréal.

Dans ma classe ou celle de n’importe quel autre de mes collègues, vous constaterez qu’il y a au moins 50 % d’élèves issus de communautés ethnoculturelles autres que celle dite des « Québécois de souche », toutes aussi riches et belles les unes que les autres. Mes élèves se distinguent chaque jour en classe par leurs personnalités teintées de leur identité unique, fabuleux mélange de leur culture d’origine et de la culture québécoise. Qu’ils viennent de pays maghrébins, asiatiques, européens ou africains… ils sont tous Québécois. Ma classe est québécoise. Elle n’est pas blanche avec un voisin immigrant qui passe dire « Bonjour ! » pour montrer qu’il existe. Ma classe est un amalgame ethnique, culturel, social de tous genres et de tous horizons. Qu’ils soient de première, de deuxième ou de troisième génération immigrante, ils sont Québécois.

Homogénéité troublante

Ce matin, j’ai regardé cette émission tant attendue par les familles québécoises. Ce qui m’a sauté aux yeux, c’est l’homogénéité de tous les personnages, autant les personnes réelles que les marionnettes. Ils sont tous plus blancs les uns que les autres. Devant cette flagrante blancheur, je me suis demandé si, malgré les belles comptines et les beaux sujets proposés, je serais prête à utiliser ce matériel avec mes élèves pour le contenu éducatif.

Ma réponse a été négative. Non pas en raison du contenu, mais à cause de la non-représentativité. Comment mes élèves pourraient-ils se sentir Québécois […] si on leur présente une émission dans laquelle on ne leur montre que des personnages principaux blancs ?

Je dois avouer que j’ai été déçue en constatant que la seule représentation de la diversité des enfants durait à peine quelques secondes, où des enfants dégustent des pommes… Cela m’a rappelé que les seules fois où l’émission d’origine incluait des personnages d’autres origines, ceux-ci étaient souvent des voisins ou des amis occasionnels. Notamment cette voisine italienne qui venait parler de spaghetti avec Cannelle et Pruneau : un personnage d’une communauté culturelle différente, charriant un gigantesque stéréotype, et dont le passage durait deux minutes…

En 2019, une émission jeunesse éducative devrait être représentative et éviter de dresser un portrait imparfait de ce qu’est un « Québécois », nuisant ainsi de façon indirecte à leur propre sentiment d’appartenance au Québec.

Je viens de Sept-Îles, une magnifique petite ville bordée par deux fabuleuses communautés autochtones. Dans ce petit bout de territoire, un très grand pourcentage de la population est autochtone… Les enfants de cette communauté non plus ne se sentiront ni interpellés ni représentés par l’émission.

Juste avant de partir pour le congé des Fêtes, mes élèves et moi-même avions regardé le film Le grincheux. Après 30 minutes, une élève avait remarqué que tous les personnages étaient blancs et que c’était très peu représentatif. Déjà, en 3e année, cet aspect l’avait frappée. Nous devons développer le regard critique chez nos élèves. Pour ce faire, je ne peux pas, en mon âme et conscience, ne pas être critique moi-même face à des représentations qui pourraient avoir un impact négatif sur mes élèves actuels et futurs. D’où cette lettre.

Vous avez réussi à mettre au goût du jour une de nos émissions jeunesse cultes. Cependant, vous avez échoué à offrir aux enfants une représentation réaliste de la diversité ethnoculturelle qui les définit. Pour cette raison, au préscolaire, vous ne serez pas dans ma classe. […] Ma responsabilité, comme enseignante, est de m’assurer que ces enfants qui passeront dans ma classe se sentent inclus, représentés, acceptés et que, malgré les formes de racisme qui subsistent […], ils se sentent Québécois à part entière, autant que vous, autant que moi. Malheureusement, on ne le sent pas dans Passe-Partout.

Bonne chance pour la suite.

Une enseignante parmi tant d’autres.

Contenu similaire