Une histoire de cœur mêle le général Dallaire à une poursuite de 365 000$

Une histoire d’amour impliquant le général à la retraite Roméo Dallaire et l’ancienne directrice générale du Centre de la famille Valcartier se retrouve au cœur d’une poursuite de 365 000 $.

Séparé de son épouse, le général Dallaire a officiellement entamé une relation avec Marie-Claude Michaud, la directrice générale du Centre de la famille Valcartier, une clinique qui vient en aide aux militaires et à leurs familles.

Dès juillet 2018, « leur situation demeure très discrète et privée », en raison des impacts sur la vie privée et professionnelle des deux nouveaux amoureux.

Il faut dire que l’ex-épouse du général Dallaire est ambassadrice au sein du conseil d’administration du Centre de la famille alors que le célèbre militaire est à ce moment président d’honneur de la Fondation de l’organisme.

En janvier dernier, Mme Michaud a divulgué sa relation amoureuse avec le général, et les parties auraient convenu de « procéder à la terminaison de son contrat de travail » moyennant une indemnité de départ.

La direction du centre aurait cependant insisté pour que la fin d’emploi survienne avant le « retour prévu de l’ex-épouse du lieutenant-général à la fin janvier ».

Alors que le départ devait se faire « dans l’honneur et la dignité », les négociations se sont envenimées entre les deux parties.

Selon la poursuite déposée par Marie-Claude Michaud, c’est la présidente du CA de la fondation de l’organisme, qui considère l’ex-conjointe du général « comme une mère », qui aurait fait dérailler la situation.

« Elle ne serait pas étrangère au revirement [à] 180 degrés opéré par le CA. » La poursuite ajoute; « elle aurait très mal accepté le dévoilement de son amour envers le général et la confirmation qu’ils vivent en couple ».

Affolement

Le CA du centre aurait tout simplement « paniqué devant la situation et précipité le départ de la demanderesse avant le retour de l’ex-conjointe de son célèbre amoureux ».

Selon Mme Michaud, « le bris de l’entente cordiale » entre les parties a des impacts importants des points de vue financier, personnel et professionnel.

Pour ce « traitement cavalier », elle réclame donc 365 000 $ au Centre de la famille Valcartier.

Contenu similaire