Une ingérence dans les élections fédérales «très probable», dit Freeland

Chrystia Freeland croit que des entités étrangères ont probablement déployé déjà certains efforts pour perturber la démocratie au Canada. Mme Freeland participait vendredi à Dinard, en France, à une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du G7.

Lors d’une réunion parallèle des ministres de l’Intérieur ou de la Sécurité publique, à Paris, le ministre canadien, Ralph Goodale, a déclaré que le G7 souhaitait que les grandes sociétés internet de ce monde – Google, Facebook, Twitter et Microsoft – « redoublent leurs efforts pour lutter contre les préjudices sociaux que leurs diverses plateformes peuvent transmettre ».

Les deux rencontres ministérielles du G7 en France ont réitéré ce qu’on avait entendu lors d’une réunion similaire à Toronto il y a presque un an. Les prochaines élections fédérales au Canada ont également suscité de l’intérêt à Dinard. Mme Freeland a été interrogée sur la probabilité d’une ingérence de la Russie.

« Nous sommes très inquiets, a répondu la ministre. Nous croyons qu’une ingérence est très probable et nous pensons que des acteurs étrangers malveillants ont probablement déjà tenté de perturber notre démocratie. »

Alors que Mme Freeland s’est gardée de pointer spécifiquement du doigt la Russie, le premier ministre Justin Trudeau n’a pas eu ce scrupule lorsqu’on l’a interrogé là-dessus à Toronto.

« Au cours des dernières années, nous avons assisté à une augmentation de l’ingérence ou de l’implication d’acteurs étrangers dans les processus démocratiques, a-t-il dit. Nous avons constaté que, de toute évidence, des pays comme la Russie sont à l’origine de nombreuses campagnes polarisantes, sont derrière plusieurs médias sociaux polarisants. »

M. Trudeau et Mme Freeland ont rappelé la mise sur pied par le gouvernement canadien d’un « protocole électoral ». Ce mécanisme comprend notamment la création d’un groupe de cinq hauts fonctionnaires chargés de décider si un acte d’ingérence malveillant justifierait de rendre publique, en pleine campagne électorale, une menace fondamentale pour le scrutin.

« Nous allons travailler très fort avec toutes les agences du renseignement et nos partenaires du monde entier afin que nos démocraties restent fortes pour les différentes voix qui s’y expriment », a déclaré M. Trudeau.

Les plateformes numériques

Le G7 est saisi de la question de l’ingérence étrangère dans les pays démocratiques et Mme Freeland avait fait de cet enjeu une priorité absolue lors du sommet du Groupe l’an dernier dans Charlevoix.

M. Goodale avait également fait pression l’année dernière pour une initiative du G7 visant à obliger les grandes entreprises internet à rendre compte des contenus malveillants et perturbateurs sur leurs plateformes. Son bilan un an plus tard : ces entreprises doivent lutter plus efficacement contre le terrorisme, l’extrémisme, l’exploitation des enfants et les fausses informations susceptibles de miner la démocratie.

« Le message était très clair pour les prestataires de services : les pays du G7 sont reconnaissants des mesures qu’ils ont prises au cours des trois ou quatre dernières années, mais d’autres mesures sont nécessaires », a déclaré M. Goodale lors d’un entretien, vendredi. « Les prestataires de services ont besoin d’une meilleure technologie, ils doivent pouvoir agir plus rapidement, ils doivent aider les plus petites entreprises qui n’ont peut-être pas les moyens techniques des quatre ou cinq grandes entreprises. »

Mme Freeland a expliqué que les acteurs malveillants n’essayaient pas nécessairement d’influencer l’issue d’un scrutin. « Ce n’est pas tellement qu’ils cherchent à obtenir un résultat particulier lors d’une élection : (l’objectif) est plutôt de rendre nos sociétés plus polarisées et de nous rendre, en tant que citoyens, plus cyniques face à l’idée même que la démocratie puisse exister et fonctionner, a soutenu la ministre. Et nous en sommes très conscients. »

Le Canada, soutient la ministre, a tiré d’importantes leçons de pays comme l’Ukraine, considéré comme un véritable laboratoire de « cyberingérence » et de désinformation russe après la récente élection présidentielle. « La meilleure façon de se défendre est probablement d’éveiller la population », a estimé Mme Freeland.

La ministre canadienne, son homologue britannique, Jeremy Hunt, et l’avocate internationale des droits de la personne Amal Clooney ont également discuté vendredi d’un sommet canado-britannique sur la liberté des médias, à Londres cet été. Les deux ministres ont souligné la nécessité de protéger la liberté de la presse en tant que principe fondamental du maintien des démocraties libérales face à des menaces sans précédent.

« Ceux qui ont un stylo dans la main ne devraient pas sentir un noeud coulant autour de leur cou », a estimé Me Clooney.

Contenu similaire