Violence au hockey mineur : la mère d’un hockeyeur sonne l’alarme

SAGUENAY – La mère d’un jeune hockeyeur de Saguenay sonne l’alarme pour dénoncer la violence au hockey mineur. Son fils de 13 ans, qui évolue au sein d’une équipe bantam B de l’arrondissement de Jonquière, a été blessé lors d’un match la fin de semaine dernière, le dernier de la saison.

Sophie Girard en a gros sur le coeur. Elle prétend avoir dénoncé, à plusieurs reprises, les gestes d’intimidation, les injures et les menaces dont son fils serait victime sur la glace depuis le début de l’année. Selon elle, ces attaques se déroulent toujours lors de matchs disputés contre la même équipe, qui provient aussi de Jonquière.

«Tu vas partir en civière à soir. Ta place n’est pas icitte…», se serait notamment fait dire le jeune hockeyeur. Sophie Girard raconte que son garçon n’avait plus de plaisir à jouer au hockey.

L’intimidation s’est même transportée sur les réseaux sociaux. Mme Girard dit avoir signalé les problèmes à l’Association du hockey mineur. Elle a aussi porté plainte à la police le 26 février dernier.

Elle affirme que ses appels à l’aide n’ont pas été entendus. Elle est même devenue, elle-même, la cible d’insultes dans les gradins de la part de joueurs et des parents de l’équipe adverse.

Ce qu’elle craignait est malheureusement arrivé samedi dernier lors du dernier match opposant les deux équipes. Son fils s’est retrouvé à l’hôpital avec une commotion cérébrale.

«Double échec sur la poitrine… après ça, il a levé le bâton, il l’a « swigné ».. mon fils s’est ramassé tête première sur la glace, a-t-elle raconté. Là, je me suis dit « ils ont réussi… »»

La mère de famille déplore l’inaction du hockey mineur et réclame des changements. «Je ne peux pas croire que ce soit ça le hockey. On envoie nos enfants sur la glace. Ce qui se passe sur la glace, ça reste sur la glace. C’est un ring, un octogone. Il n’y a rien à part un deux minutes ou une expulsion qui peuvent se passer ? Sérieusement ? Non, je ne peux pas croire à ça», a raconté Sophie Girard.

L’Association du hockey mineur de Saguenay se défend et assure que tous les gestes de violence sont pris très au sérieux. On assure que, lors du match de samedi, des précautions supplémentaires avaient été prises: quatre officiels étaient présents sur la glace et de sérieuses mises en garde avaient été adressées aux parents.

Des caméras dans les arénas ?

L’Association promet d’ailleurs de gros changements dès la prochaine saison. Elle songe notamment à installer des caméras de surveillance dans chacun des arénas de Saguenay pour surveiller ce qui se passe autant sur la glace que dans les gradins.

On confirme aussi la mise en place d’un comité d’éthique qui sera responsable de punir les comportements déplacés de la part des parents.

Le directeur général Dany Chouinard affirme qu’on l’on pourrait aller jusqu’à bannir des parents des arénas.

Contenu similaire