Virage de Québec solidaire sur la laïcité: Amir Khadir croit à un compromis pour rallier tout le monde

Au lendemain du vote des membres de Québec solidaire qui ont décidé de tourner le dos à Bouchard-Taylor et de militer contre l’interdiction des signes religieux, le cofondateur du parti, Amir Khadir, estime qu’un compromis est toujours possible.

En entrevue à QUB radio, lundi, l’ex-député solidaire a affirmé que Bouchard-Taylor demeure toujours la meilleure option pour obtenir un compromis autour de la question de la laïcité.

«Maintenant que le gouvernement est allé dans un extrême, j’ai l’impression que les gens de Québec solidaire ont pensé que c’était nécessaire pour eux de dire, « nous, notre idéal, ça serait ça », mais, je pense quand même, et je reviens là-dessus, qu’une fois la position idéale retenue par chaque parti, moi j’appelle tout le monde à un compromis», a expliqué Amir Khadir.

Il a prédit que «le compromis qui va se dégager des travaux de l’Assemblée [nationale] dans les prochaines semaines risque de ressembler pas mal à Bouchard-Taylor».

Amir Khadir a par ailleurs dit comprendre pourquoi les jeunes de QS ont voté en faveur de rejeter Bouchard-Taylor: c’est «parce qu’ils veulent défendre le droit de tout le monde d’avoir accès au travail».

Le communiqué de presse de QS stipule effectivement que «personne ne devrait perdre son emploi ou être empêché d’exercer la profession de son choix parce qu’elle ou il porte un signe religieux».

 ÉCOUTEZ Amir Khadir, le fondateur et ex-député de Québec solidaire:         

Contenu similaire