La SAQ coupe déjà des heures dans ses magasins

La nouvelle convention collective n’est même pas encore signée que la Société des alcools du Québec (SAQ) coupe déjà des heures à ses employés dans ses magasins.

Pour justifier ces nouvelles compressions, la direction de la SAQ évoque « l’optimisation des horaires de travail en succursale » tout en s’assurant de « satisfaire la clientèle ».

Selon plusieurs sources, ces coupes devraient se traduire par une baisse d’environ 60 000 heures de travail cette année dans les quelque 400 succursales de la SAQ.

« Je sais que les budgets sont serrés et je sais que ça coupe en magasins », a formulé la présidente de SEMB-SAQ, Katia Lelièvre, dans une vidéo destinée aux membres sur le réseau Facebook.

Au cours des dernières années, la SAQ a coupé des dizaines de milliers d’heures de travail dans ses magasins.

Selon la direction de la société d’État, ces compressions sont une réponse directe au respect de son cadre budgétaire.

« Les succursales émettent des horaires en s’assurant de répondre à leurs besoins opérationnels et de soutenir l’achalandage », a fait valoir hier un porte-parole de la SAQ, Mathieu Gaudreault.

220 000 heures à couper

Durant la dernière ronde de négociations entourant le renouvellement de la convention collective, le SEMB estimait que la SAQ voulait retrancher plus de 220 000 heures dans son réseau de succursales. Une mesure estimée à plus de 7 millions $.

Selon la SAQ, cette demande aurait été abandonnée en cours de négociation.

Les demandes de la SAQ portaient également sur le « déplacement d’heures » de l’horaire de travail des employés permanents les fins de semaine, et non plus en début de semaine.

En 2017, la SAQ avait annoncé l’abolition de 190 postes au sein de l’entreprise, soit 10 % de ses travailleurs dans ses centres de distribution et à son siège social.

Contenu similaire