Marché du travail: Lévis tire Québec vers le haut

Bien que le bilan global de l’emploi dans la grande région de Québec s’avère positif en 2018, la hausse enregistrée dans la région de Chaudière-Appalaches est venue compenser la baisse subie dans la Capitale-Nationale.

Le marché du travail de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, qui inclut aussi Lévis, a atteint un sommet historique en 2018, avec 452 600 emplois, une augmentation de 2,2 % par rapport à l’année précédente.

Par contre, si l’on prend les régions séparément, on constate que la Capitale-Nationale a perdu 6 800 emplois en 2018, alors que Chaudière-Appalaches en a gagné 6 000.

«L’impact de la rareté de main-d’œuvre dans la région de la Capitale-Nationale a été plus rapide. Soit les employeurs ont été plus craintifs en refusant certains contrats, soit la difficulté de recruter est plus grande. On espère que ce n’est pas de la délocalisation», a affirmé Line Lagacé, vice-présidente – Croissance des entreprises et prospection des investissements étrangers de Québec International.

Autre indicateur, pendant que la population active diminuait de 9 500 personnes dans la Capitale-Nationale, elle enregistrait une progression de 5 900 personnes dans Chaudière-Appalaches, selon le bilan et les perspectives du marché du travail 2018-2019, dévoilés mardi par Québec International.

«Du côté de la Capitale-Nationale, cela fait longtemps qu’on voit venir la diminution de la population active», souligne Mme Lagacé.

Selon elle, les résultats observés dans la Capitale-Nationale sont peut-être aussi teintés par la pression exercée dans les régions de Charlevoix et Portneuf où les difficultés de recrutement se font davantage sentir.

1re place

Malgré tout, la RMR de Québec arrive première au Canada, parmi les huit principales RMR canadiennes, pour son faible taux de chômage avec une moyenne annuelle de 3,8 %.

Globalement, il s’est créé 9 800 emplois dans la RMR de Québec. L’industrie de la construction est responsable de 2 600 nouveaux emplois, tandis que les bonnes performances de l’industrie manufacturière ont permis d’ajouter 1200 emplois.

Fait à noter, le taux d’emploi chez les 55 ans et plus a augmenté passant de 32,4 % à 33,9 %, en 2018, pour un gain net de 2 900 travailleurs. Il s’agit d’un sommet historique pour cette catégorie d’âge.

Le nombre d’emplois dans le secteur privé s’élève à 270 200 (+2 500), soit environ 60 % du marché, alors que le secteur public affiche 126 800 postes (- 2 700) en 2018, ce qui représente 28 % de l’effectif total

Rareté de main-d’œuvre

Une analyse des données permet de constater que le nombre de postes non comblés ne cesse de croître. Au troisième trimestre de 2018, près de 20 000 postes étaient vacants dans les deux régions administratives. 

Contenu similaire