[PHOTOS] Opération séduction à Lévis

La Ville de Lévis s’est parée de ses plus beaux atours, vendredi, alors qu’elle accueillait des travailleurs immigrants de la région de Montréal pour l’aider à répondre à un besoin criant de main-d’œuvre.

Avec un taux de chômage de 4,2 %, la rareté de main-d’œuvre a donné lieu vendredi à Lévis à une opération Grande Séduction.

« Nous accueillons une trentaine de personnes immigrantes qui sont à Montréal depuis moins de cinq ans et qui sont ouvertes à de nouveaux défis », a expliqué Stéphane Thériault, directeur général de la Chambre de commerce de Lévis.

« pitch de vente »

La classe politique de Lévis était présente alors que Gilles Lehouillier, Steven Blaney, Marc Picard et François Paradis ont accueilli les visiteurs.

Photo Stevens LeBlanc

La classe politique de Lévis était présente alors que Gilles Lehouillier, Steven Blaney, Marc Picard et François Paradis ont accueilli les visiteurs.

Les participants sont arrivés en autocar de luxe au Centre des congrès de Lévis où les attendaient une horde de personnalités publiques et d’employeurs potentiels.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Photo Stevens LeBlanc

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Après un petit rafraîchissement, les travailleurs disposaient de 15 minutes par employeur qui avait été choisi au préalable, dans une ambiance de speed dating. Après quoi, le maire Gilles Lehouillier leur a fait un « pitch de vente » vantant les mérites de sa ville.

« J’oserai dire qu’on est la ville idéale. Nous sommes les premiers pour la qualité de vie et pour la croissance économique », s’est targué le maire.

Des attentes élevées

La rareté de main-d’œuvre est un problème criant, a rappelé M. Lehouillier. À preuve, le site d’emplois Indeed.com affiche 7662 postes pour la région Chaudière-Appalaches.

« Nous avons 750 entreprises industrielles à Lévis. Je peux vous dire qu’il y a des entreprises qui ont fermé temporairement le marché américain parce qu’elles n’ont pas assez de main-d’œuvre », a dit le maire.

Sandrine Balana

Photo Stevens LeBlanc

Sandrine Balana

Camerounaise d’origine, Sandrine Balana, 32 ans, était à la recherche d’un emploi en informatique ou dans le domaine des télécommunications.

« Quand j’ai immigré à Montréal, mon but était déjà d’aller vivre en région. Lévis, ça m’intéresse bien. Je suis prête à déménager le plus tôt possible », a partagé Mme Balana.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, salue un immigrante montréalaise à son arrivée.

Photo Stevens LeBlanc

Les participants ont été sélectionnés pour leurs compétences techniques.

« J’ai sept entrevues. On a plusieurs postes à combler avec nos cinq usines sur la Rive-Sud », a fait part Isabelle Parenteau, conseillère aux ressources humaines pour Teknion Roy et Breton, qui était optimiste face aux résultats de cet exercice.

Contenu similaire