Poursuite de 95 M$ contre Deloitte

Un prêteur bien connu offrant une « deuxième chance au crédit » automobile accuse le respecté cabinet d’audit Deloitte d’avoir fermé les yeux sur de nombreuses irrégularités dans ses états financiers, une poursuite qui pourrait dépasser les 95 millions de dollars.

Autonum Capital offre du financement automobile alternatif au Québec, en Ontario, en Alberta ainsi que dans les provinces de l’Atlantique.

Ses clients se tournent vers elle lorsque des prêteurs traditionnels leur tournent le dos, en raison de leur mauvaise cote de crédit, par exemple.

Tentative d’entrée en bourse

La société montréalaise, dont le chiffre d’affaires s’élève à plusieurs dizaines de millions de dollars par année, a tenté de faire son entrée en Bourse, en 2017.

Elle s’est alors tournée vers Deloitte, l’un des grands cabinets d’audit de la planète, pour faire vérifier ses états financiers.

Anomalies importantes

Avec le vice-président des finances, Martin Beaulac, Deloitte devait s’assurer que les livres de l’entreprise pour les années 2014 à 2017 étaient conformes, et confirmer l’absence « d’anomalies significatives » afin de préparer l’entrée en Bourse.

Mais la haute direction aurait vite déchanté quand elle s’est rendu compte que les états financiers préparés par Martin Beaulac et révisés et approuvés par Deloitte contenaient une panoplie d’inexactitudes, selon les documents de la poursuite obtenus par Le Journal.

Deloitte aurait « implicitement reconnu que les états financiers vérifiés de 2016 surreprésentaient les revenus de la société et sous-estimaient » les dépenses. Résultat, le bénéfice avant impôt d’Autonum est passé de 1,4 million $ à une perte de 4 millions $ après révision.

La direction de l’entreprise affirme avoir été contrainte de « cesser la conclusion de nouveaux financements et de liquider progressivement ses dossiers de financement pour éventuellement mettre un terme définitif à ses opérations » à cause de cela.

Autonum poursuit maintenant M. Beaulac et le cabinet Deloitte pour près de 92,7 millions $ en raison des « fautes commises » par eux.

Entreprise controversée

Autonum a elle-même été épinglée en 2016, en raison de pratiques illégales par l’Autorité des marchés financiers (AMF), qui encadre l’assurance dans le secteur automobile.

Les avocats de la société n’ont pas souhaité répondre aux questions du Journal, hier.

Contenu similaire