Un exploit pharaonique pour une pyramide

Le milliardaire Guy Laliberté a confié à Scène Éthique le mandat d’ériger sa nouvelle salle de spectacle dans le Vieux-Port de Montréal au coût de 15 millions $.

Monter une pyramide de 115 pieds de hauteur composée de 325 000 livres d’acier en moins de 100 jours a été un défi extrême pour cette PME de Varennes.

Martin Ouellet et Hélène Demers, les deux grands architectes du projet, estiment que la passion a été l’ingrédient ayant permis une telle prouesse.

« La passion, c’est le leitmotiv de notre organisation. Nous avons créé une religion autour de la construction de scènes artistiques, tellement nous y consacrons temps et énergie. Cela nous classe ainsi parmi l’élite mondiale en matière d’expertise et de qualité de fabrication, et procure un carnet de commandes rempli jusqu’au début de 2021 », explique le président Martin Ouellette.

Réalisations complexes

En 25 ans, l’entreprise a fabriqué et érigé des scènes, structures et éléments mécaniques pour des noms prestigieux, comme le Cirque du Soleil, Céline Dion, Robert Lepage et le Cirque Éloize.

Et l’on parle ici de réalisations complexes. Par exemple, pour le spectacle Le Cycle du ring, présenté au Metropolitain Opera de New York, Scène Éthique a créé une plateforme de 24 pales mobiles de 45 tonnes se métamorphosant en escalier et en mur de projection, avec deux tours soutenant un axe central de 60 pieds.

En mai, Scène Éthique livrera à son client Lune Rouge – entreprise détenue par Guy Laliberté – une pyramide de 125 x 125 pieds et de 525 000 livres dont les bases n’ont été jetées dans le Vieux-Port de Montréal… que le 25 février dernier.

Le bâtiment, sur lequel on suspendra 80 000 livres d’équipement, deviendra le théâtre de spectacles immersifs combinant hautes technologies et créativité. Il sera accompagné d’une seconde pyramide (50 x 50 pieds et 112 000 livres) servant d’entrée aux spectateurs.

Démontées au début de l’automne, les installations seront ensuite mises en place à Miami en novembre. Leur dessin et celui du corridor les reliant ont nécessité 7000 heures de travail et leur fabrication plus de 32 500 heures réparties entre 150-175 personnes, soit trois entreprises sous-traitantes et l’équipe de Scène Éthique.

Entrepreneurs artistes

Malgré presque trois décennies en affaires, Martin Ouellet et Hélène Demers ne se définissent pas comme des entrepreneurs. « Nous nous voyons davantage comme partenaires des producteurs, créateurs et artistes, indique la directrice générale. En fait, nous ajoutons notre expérience technique – planchers rotatifs, trappes, ascenseurs, etc. – à la vision artistique d’une scénographie qu’on nous soumet. »

Souvent, le concept proposé par Scène Éthique permet aux clients d’aller plus loin dans leur démarche créative. C’est le cas sur le plan artistique, mais aussi du côté technique. Ainsi, ses experts conçoivent fréquemment de leur propre initiative des composantes facilitatrices destinées à la clientèle. Par exemple, pour les scènes complexes du Cirque du Soleil, Martin Ouellet a inventé un outil permettant tout le montage-démontage des panneaux à lui seul.

Contenu similaire