GM propose des rachats d'entreprises à 18 000 salariés en Amérique du Nord

The Associated PressPublié le mercredi 31 octobre 2018 à 12h55 HAE Dernière mise à jour le mercredi 31 octobre 2018 à 13h36 HAE

DETROIT – General Motors tentera de réduire les coûts en offrant des rachats à environ 18 000 cols blancs en Amérique du Nord.

La société a fait l'offre mercredi aux salariés de 12 ans et plus de service.

L'annonce intervient le même jour où GM a annoncé un bénéfice de 2,5 milliards de dollars au troisième trimestre. Dans une déclaration préparée, la société déclare que, même si elle se porte bien, elle souhaite continuer à réduire les coûts alors que la société et la conjoncture sont solides.

L'industrie automobile est confrontée à des problèmes imminents tels que le ralentissement des ventes aux États-Unis et en Chine et la hausse des prix de l'acier et de l'aluminium en raison des tarifs américains.

GM ne divulguerait pas les conditions des offres d'achat. La société compte environ 50 000 salariés aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

Le porte-parole de la société, Patrick Morrissey, n'a pas précisé si GM tentait d'atteindre un nombre cible d'employés. Ceux à qui l'offre a été faite ont jusqu'au 19 novembre pour prendre une décision et quitteront l'entreprise d'ici la fin de l'année, a-t-il déclaré.

"Malgré les progrès que nous avons réalisés, nous prenons des mesures proactives pour prendre de l'avance en accélérant nos efforts pour améliorer les performances de notre entreprise. Nous le faisons alors que notre société et notre économie sont solides. employés est un exemple de nos efforts pour améliorer la rentabilité, "a déclaré la société.

GM a longtemps parlé de réduire les coûts en prévision d'un ralentissement économique. La société s'efforce de continuer à générer des bénéfices grâce à la vente de véhicules tout en investissant dans de nouvelles technologies telles que les voitures électriques ou les voitures autonomes. La société est sur le point de tenir sa promesse de réduire les coûts de structure de 6,5 milliards de dollars par an d’ici la fin de cette année.

Les économies réalisées sur les réductions d’effectifs viendraient en 2019, après l’entrée en vigueur des rachats.

Morrissey ne dirait pas si GM commencera à licencier des employés si trop peu de travailleurs prennent des rachats volontaires.

"Nous évaluerons la nécessité de la mettre en œuvre après avoir pris connaissance des résultats du programme volontaire et des autres efforts de réduction des coûts", a-t-il déclaré.

Le chef des finances à la retraite, Chuck Stevens, a fait allusion à des réductions d'effectifs en avril 2017 lorsqu'il avait déclaré aux analystes que GM cherchait des réductions, car cela simplifierait ses activités après sa sortie d'Europe. La simplification "nous permettra de prendre une structure importante de l'entreprise, qu'il s'agisse du personnel de l'entreprise ou du personnel d'ingénierie", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique sur les résultats.

L'année dernière, GM a vendu ses unités européennes Opel et Vauxhall au groupe français PSA.

La plupart des salariés de GM se trouvent aux États-Unis, principalement dans le Michigan, à son siège de Détroit, à un immense centre technique situé dans la banlieue de Warren, à un centre de test situé à proximité de Milford et à un centre de développement de moteurs et de transmissions à Pontiac.

Les actions de GM, qui avaient progressé d’environ 7% après l’annonce des résultats du troisième trimestre mercredi matin, ont augmenté de près de 10% après l’annonce des rachats. Les actions en baisse depuis juin ont progressé de 3,20 dollars pour atteindre 36,73 dollars.

Contenu similaire